Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

5-22 mai 2016

Turquie. Démission du Premier ministre Ahmet Davutoglu.

Le 5, Ahmet Davutoglu, Premier ministre depuis août 2014, annonce qu’il ne briguera pas de nouveau mandat à la direction du Parti de la justice et du développement (AKP), et donc à la tête du gouvernement. Il invoque une « absence de consensus » avec les instances de son parti. L’accord signé en mars avec l’Union européenne (UE), relatif au renvoi en Turquie des migrants arrivés en Grèce contre une aide financière, la relance du processus d’adhésion d’Ankara à l’UE et l’exemption de visa pour les ressortissants turcs dans l’espace Schengen avait été conclu sans l’aval du président Recep Tayyip Erdogan.

Le 6, le président Erdogan annonce son refus de modifier les lois antiterroristes, comme le prévoit l’accord avec l’UE.

Le 20, le Parlement approuve à la majorité des deux tiers un projet de réforme constitutionnelle qui autorise la levée de l’immunité des cent trente-huit parlementaires visés par des poursuites judiciaires pour collusion avec le Parti des travailleurs du Kurdistan, organisation séparatiste armée interdite dans le pays. Sont notamment concernés cinquante des cinquante-neuf députés prokurdes du Parti démocratique des peuples, ainsi que vingt-sept députés de l’AKP.

Le 22, l’AKP élit à sa présidence le ministre des Transports Binali Yildirim, un proche du président Erdogan, qui est chargé de former un nouveau gouvernement.

— Universalis

Événements précédents