30 septembre 1991Haïti. Coup d'État militaire contre le président Jean-Bertrand Aristide

 

Le président Jean-Bertrand Aristide est renversé par un putsch qui fait des dizaines de morts et des centaines de blessés à Port-au-Prince. Adepte de la théologie de la libération et principalement attaché à combattre la pauvreté, le père Aristide avait été, le 16 décembre 1990, le premier chef de l'État haïtien démocratiquement élu, obtenant près de 67 p. 100 des voix. Le chef de la junte militaire qui prend le pouvoir est le général Raoul Cédras, ancien responsable du Comité pour la sécurité des élections en décembre 1990 et promu commandant en chef des forces armées en juillet 1991 pour contenir le poids des généraux duvaliéristes. À la suite de négociations avec les putschistes menées par l'ambassadeur français, le père Aristide parvient à quitter Port-au-Prince pour Caracas. La France, les États-Unis, la C.E.E. et l'Organisation des États américains (O.E.A.) condamnent le coup d'État et annoncent la suspension de leur aide économique et militaire. Depuis la chute de Jean-Claude Duvalier, en février 1986, Haïti a connu trois coups d'État et trois tentatives de putsch.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  30 septembre 1991 - Haïti. Coup d'État militaire contre le président Jean-Bertrand Aristide », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 avril 2020. URL : http://www.universalis.fr/evenement/30-septembre-1991-coup-d-etat-militaire-contre-le-president-jean-bertrand-aristide/