21 janvier - 1er février 1994Belgique. Scandale financier touchant le Parti socialiste francophone

 

Le 21, à l'issue d'un entretien entre le président du Parti socialiste (P.S.) francophone, Philippe Busquin, et le Premier ministre social-chrétien flamand, Jean-Luc Dehaene, trois personnalités socialistes présentent leur démission. Guy Coëme, vice-Premier ministre du gouvernement fédéral, Guy Spitaels, président du gouvernement régional wallon, et Guy Mathot, ministre des Affaires intérieures du même gouvernement wallon, seraient impliqués dans une affaire de pots-de-vin versés au P.S. lors de la commande par la Belgique, en 1988, de quarante-six hélicoptères militaires à la firme aéronautique italienne Agusta. Ce scandale avait été révélé lors de l'enquête sur l'assassinat, en juillet 1991, de l'ancien vice-Premier ministre socialiste André Cools. La veille, le Sénat belge avait déjà levé partiellement l'immunité parlementaire des deux dirigeants wallons.

Le 25, la commission des poursuites de la Chambre fédérale des représentants demande la traduction en justice de Guy Coëme – ministre de la Défense au moment des faits – pour corruption de fonctionnaire.

Le 1er février, les députés votent à une large majorité le renvoi de celui-ci devant la Cour de cassation, instance habilitée à juger les ministres. Cette action est sans précédent dans le royaume.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  21 janvier - 1er février 1994 - Belgique. Scandale financier touchant le Parti socialiste francophone », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/evenement/21-janvier-1er-fevrier-1994-scandale-financier-touchant-le-parti-socialiste-francophone/