1er-31 août 2010Afghanistan. Remise en cause de la stratégie de la force internationale

 

Le 1er, les quelque deux mille soldats néerlandais participant à la Force internationale d'assistance à la sécurité de l'O.T.A.N. entament leur retrait, lequel doit s'achever à la fin de l'année.

Le 3, six talibans attaquent la base militaire de l'O.T.A.N. de Kandahar, l'une des deux plus importantes du pays, sans faire de victime.

Le 6, huit membres de l'organisation non gouvernementale International Assistance Mission – six Américains, une Britannique et une Allemande –, ainsi que les deux Afghans qui les accompagnaient, sont assassinés dans la province du Badakhchan, dans le nord-est du pays. L'opération est revendiquée à la fois par le Hezb-i-Islami de Gulbuddin Hekmatyar et par les talibans qui accusent les humanitaires d'espionnage et de prosélytisme chrétien.

Le 10, le ministère allemand de la Défense annonce le versement de 430 000 dollars d'« aide humanitaire » aux familles des victimes d'un bombardement ordonné par le commandement allemand, en septembre 2009, sur Kunduz, qui avait fait une centaine de morts et blessés.

Le 11, le général James Mattis prend ses fonctions à la tête du commandement des opérations américaines au Moyen-Orient et en Asie. Il succède au général David Petraeus, qui a été nommé en juin à la direction de la coalition internationale en Afghanistan à la suite du limogeage du général Stanley McChrystal.

Le 17, à un mois des élections législatives afghanes, le président Hamid Karzaï décrète la dissolution sous quatre mois des cinquante-deux agences privées de sécurité actives dans le pays, afghanes pour la moitié d'entre elles, qui comptent quelque quarante mille employés. Il les accuse d'entraver l'action des forces de sécurité afghanes et de s'être rendues coupables d'exactions. Ces agences agissent notamment pour le compte des forces américaines et de l'O.T.A.N. qui jugent la décision prématurée.

Le 26, alors qu'il reçoit le général Mattis, le président Karzaï déclare que « la lutte antiterroriste doit être menée en dehors de l'Afghanistan », faisant allusion aux sanctuaires islamistes situés au Pakistan.

Le 29, Hamid Karzaï réclame « une réévaluation de la stratégie de la guerre contre le terrorisme » dans son pays. Selon lui, « l'expérience des huit dernières années montre que combattre dans les villages a été inefficace et ne conduit à rien si ce n'est à tuer des civils ».

Le 31, lors de son allocution marquant la fin de la mission de combat des États-Unis en Irak, le président américain Barack Obama confirme que son pays entamera en août 2011 « une période de transition des responsabilités en direction des Afghans » car « la perspective d'une guerre sans fin ne servirait pas nos intérêts ni ceux du peuple afghan ».

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  1er-31 août 2010 - Afghanistan. Remise en cause de la stratégie de la force internationale », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 juin 2021. URL : http://www.universalis.fr/evenement/1er-31-aout-2010-remise-en-cause-de-la-strategie-de-la-force-internationale/