Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

1er-20 janvier 2009

Russie - Ukraine. Crise du gaz entre la Russie et l'Ukraine

Le 1er, devant le refus de Kiev d'accepter la hausse du prix qu'il exige, le consortium gazier russe Gazprom cesse de livrer le gaz pour le marché intérieur ukrainien.

Le 7, Gazprom cesse également les livraisons destinées à l'Europe via l'Ukraine. Moscou accuse Kiev de détourner une partie du gaz en transit ainsi que le « gaz technique » (nécessaire à la mise sous pression des gazoducs). Les pays d'Europe orientale, qui dépendent quasi exclusivement du gaz russe, sont particulièrement touchés.

Le 8, à Bruxelles, se tient une réunion de crise entre les dirigeants européens, les représentants de Gazprom et du groupe ukrainien Naftogaz, pour relancer l'approvisionnement. L'Union européenne (U.E.) propose d'envoyer des observateurs internationaux pour superviser les flux gaziers. Parallèlement, les deux groupes énergétiques reprennent les négociations interrompues le 31 décembre 2008, à Moscou.

Le 9, la Russie et l'U.E. s'entendent sur le déploiement d'observateurs indépendants en Ukraine et à la frontière russe. Mais le litige russo-ukrainien, sur le prix du gaz et sur le paiement de la dette ukrainienne (évaluée à 2,4 milliards de dollars), n'est pas résolu.

Le 17, les Premiers ministres russe Vladimir Poutine et ukrainien Ioulia Timochenko concluent, à Moscou, un accord sur le rétablissement des exportations de gaz russe via l'Ukraine. Celle-ci paiera désormais le gaz au tarif européen, mais elle bénéficiera en 2009 d'une remise de 20 p. 100; en échange, Kiev maintiendra cette année les commissions qu'elle touche sur le transit du gaz par son territoire.

Le 19, l'accord conclu deux jours auparavant est signé par les deux géants gaziers, pour une période de dix ans.

Le 20, les livraisons de gaz russe vers l'Europe reprennent.

— Universalis

Événements précédents