14-31 juillet 1992

Russie - Géorgie. Mise en place d'une force d'interposition en Ossétie du Sud

Le 14, après l'accord de cessez-le-feu en Ossétie du Sud signé le 24 juin par les présidents russe et géorgien et conformément à la décision prise lors du dernier sommet de la C.E.I., le 6 juillet à Moscou, les premiers éléments des forces conjointes pour le soutien de la paix et de l'ordre dans les zones de conflit se déploient autour de Tskhinvali, capitale de l'Ossétie du Sud. Cette force d'interposition composée de six cents hommes – Russes, Géorgiens et Ossètes du Nord – doit établir une zone tampon entre les forces géorgiennes, qui assiègent Tskhinvali depuis plus d'un an et demi, et les séparatistes russophones de l'Ossétie du Sud. Les quelque cent mille Ossètes du Sud réfugiés en Ossétie du Nord sont appelés à rentrer chez eux.

Le 25, le Conseil d'État provisoire déclare illégale la proclamation de souveraineté adoptée quelques jours plus tôt par la république autonome d'Abkhazie, sur la mer Noire, qui constitue l'un des fiefs des partisans du président déchu Zviad Gamsakhourdia.

Le 31, l'Assemblée générale des Nations unies décide l'admission de la Géorgie au sein de l'Organisation. Cette république est la dernière issue de l'ex-U.R.S.S. à faire son entrée à l'O.N.U.

— Universalis

Événements précédents