13-30 juillet 2008

États-Unis. Interventions fédérales en faveur du secteur immobilier

Le 13, le Trésor et la Réserve fédérale annoncent un « plan d'action immédiat » qui vise à éviter la faillite des deux principales sociétés de refinancement de crédit, Freddie Mac et Fannie Mae. Les cours de ces entreprises privées se sont effondrés de moitié, le 11, par crainte des investisseurs de voir celles-ci manquer rapidement de liquidités en raison de la crise des crédits immobiliers à risque, les subprimes, et de l'insolvabilité d'un nombre croissant d'emprunteurs. Freddie Mac et Fannie Mae détiennent ou garantissent 45 p. 100 du montant des prêts immobiliers américains en cours, soit 5 300 milliards de dollars. Le plan autorise une hausse illimitée du crédit auquel ils ont droit et un achat « provisoire » de leurs actions par l'État, la Fed se disant prête à leur accorder un prêt. En mars, celle-ci était déjà intervenue pour éviter la faillite de la banque Bear Stearns.

Le 30, le président George W. Bush signe une loi qui met en œuvre un vaste plan de sauvetage du secteur immobilier, d'un montant estimé à 25 milliards de dollars. Celle-ci doit permettre à quelque 400 000 propriétaires ne pouvant plus rembourser leur dette de refinancer leur emprunt grâce à la création d'un fonds de 300 milliards de dollars. La loi place également les sociétés Freddie Mac et Fannie Mae sous l'autorité d'un nouvel organisme de contrôle et régularise les aides annoncées le 13.

— Universalis

Événements précédents