Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

13-22 avril 2005

Équateur. Destitution du président Lucio Gutiérrez

À partir du 13, les opposants au président Lucio Gutiérrez manifestent tous les jours à Quito pour réclamer le départ du chef de l'État. Élu en novembre 2002, Lucio Gutiérrez a très tôt déçu ses concitoyens. La tension s'est accrue en décembre 2004, lorsqu'il a obtenu du Congrès une profonde modification de la composition de la Cour suprême. En mars 2005, la Cour a annulé les instructions ouvertes pour corruption contre les anciens présidents Abdala Bucaram et Gustavo Noboa, attisant la colère de nombreux Équatoriens.

Le 15, le président Gutiérrez instaure l'état d'urgence, en raison de la montée de l'agitation dans le pays. La mesure est levée le lendemain sous la pression de la rue, de l'armée et des États-Unis. Il dissout la Cour suprême que l'opposition accuse de servir les intérêts du président.

Le 19, à Quito, la répression de la manifestation fait un mort.

Le 22, alors que les manifestations prennent de l'ampleur, le Congrès vote la destitution du président Gutiérrez, à qui le Brésil accorde l'asile politique. Le nouveau ministre de la Défense, le général Nelson Herrera, annonce que l'armée retire son soutien au chef de l'État. Le vice-président Alfredo Palacio, qui succède à Lucio Gutiérrez, promet de « dialoguer avec le peuple », de réformer l'État et de respecter la Constitution mais n'organisera pas d'élections anticipées. Il est le sixième chef de l'État en huit ans.

Le 22 également, le nouveau président remplace la totalité des membres de l'état-major des forces armées.

— Universalis

Événements précédents

  • 24 novembre 2002 Équateur. Élection de Lucio Gutierrez à la présidence

    Le 24, le candidat progressiste Lucio Gutierrez remporte l'élection présidentielle avec 54,4 p. 100 des suffrages. Il était opposé au candidat libéral Alvaro Noboa. Ancien colonel, il avait participé au coup d'État soutenu par les Indiens, en janvier 2000. Candidat des communautés indiennes, il est arrivé...

  • 6-26 janvier 2000 Équateur. Destitution du président Jamil Mahuad

    Le 6, le gouvernement proclame l'état d'urgence en raison de la montée de la contestation orchestrée par le Front patriotique (F.P.), une coalition de plusieurs organisations syndicales. Le F.P., qui a appelé ses partisans à une « mobilisation combative », réclame la démission du président démocrate-chrétien...

  • 26 octobre 1998 Pérou - Équateur. Signature d'un accord de paix

    Les présidents péruvien Alberto Fujimori et équatorien Jamil Mahuad signent, à Brasília, un accord de paix global et définitif. Le texte rétablit le tracé de leur frontière commune, dans la cordillère du Condor, sur la ligne établie en janvier 1942. L'Équateur abandonne ainsi ses prétentions sur 200...

  • 12 juillet 1998 Équateur. Élection du chrétien-démocrate Jamil Mahuadn à la présidence

    Le maire chrétien-démocrate de Quito, Jamil Mahuad, remporte le second tour de l'élection présidentielle anticipée avec 51,17 p. 100 des suffrages. Il était opposé à un candidat indépendant, le milliardaire Alvaro Noboa. Ce dernier était soutenu par le précédent président populiste Abdala Bucaram, destitué...

  • 5-11 février 1997 Équateur. Destitution du président Abdala Bucaram

    Le 5, lors de la grève générale organisée pour protester contre le programme économique de rigueur du président Bucaram, les manifestants réclament la destitution du chef de l'État élu en juillet 1996. Ils sont soutenus par les anciens présidents Rodrigo Borja et Oswaldo Hurtado. Abdala Bucaram dénonce...

  • 7 juillet 1996 Équateur. Élection du populiste Abdala Bucaram à la présidence

    Candidat du Parti roldosiste équatorien (populiste), Abdala Bucaram remporte le second tour de l'élection présidentielle, succédant ainsi au président Sixto Durán Ballen, avec 54,3 p. 100 des suffrages. Il était opposé à Jaime Nebot, du Parti social-chrétien (droite), qui était arrivé en tête lors du...

  • 13-28 février 1995 Équateur - Pérou. Conclusion d'un accord de paix

    Le 13, à l'issue de vingt jours de combats dans la zone frontalière contestée, le Pérou annonce un succès militaire décisif et décrète un cessez-le-feu unilatéral que l'Équateur s'engage aussitôt à respecter, tout en contestant la réalité de la victoire péruvienne.

    Le 17,...

  • 27 janvier 1995 Équateur - Pérou. Renaissance du conflit frontalier

    Le président équatorien Sixto Durán Ballen décrète l'état d'urgence à la suite d'incidents survenus la veille entre des troupes équatoriennes et péruviennes dans la cordillère du Cóndor, une zone frontalière contestée qui renfermerait de l'or et du pétrole. Le litige entre Lima et Quito remonte à janvier...

  • 5 juillet 1992 Équateur. Élection du conservateur Sixto Duran Ballen à la présidence

    Le conservateur Sixto Duran Ballen, chef du Parti de l'unité républicaine, est élu à la présidence de la République avec 57 p. 100 des voix, contre 43 p. 100 pour son adversaire du Parti social-chrétien Jaime Nebot, également conservateur. Son parti n'avait pourtant obtenu que vingt sièges de députés...

  • 8 mai 1988 Équateur. Élection du social-démocrate Rodrigo Borja à la présidence

    Le second tour de l'élection présidentielle consacre, au terme d'une campagne émaillée de nombreux incidents, la victoire du candidat social-démocrate, Rodrigo Borja, sur son concurrent populiste, Abdala Bucaram. Le nouveau président social-démocrate doit succéder au président conservateur sortant León...