10-24 avril 2023

Comores - France. Opération de « décasages » massifs à Mayotte

Le 10, la présidence de la République des Comores déclare que l’opération de police Wuambushu (du mahorais, signifiant « reprise en main »), qui vise à expulser en masse des Comoriens se trouvant en situation illégale à Mayotte, à détruire les bidonvilles qui les abritent et à lutter contre la délinquance, « va à l’encontre du respect des droits humains ». Cette opération programmée par le ministère de l’Intérieur français doit durer deux mois à partir de la fin du ramadan. Les migrants en situation illégale représenteraient environ 30 % de la population de l’île. Les Comores ne reconnaissent pas la souveraineté de la France sur Mayotte, seule île de l’archipel ayant rejeté l’indépendance par référendum en avril 1976. Moroni doit donner son accord au rapatriement de milliers de Comoriens. En 2022, près de cinq cents cases ont été détruites et plus de vingt-cinq mille personnes expulsées. L’annonce de l’opération Wuambushu suscite de violents affrontements entre des bandes de jeunes et les forces de l’ordre.

Le 24, le tribunal judiciaire de Mamoudzou ordonne au préfet d’annuler les opérations de « décasage » prévues le lendemain à Koungou, dans le nord-est de l’île de Grande-Terre. Il demande que soient proposées des solutions de relogement aux habitants des bidonvilles, ainsi que des lieux de stockage pour leurs biens. L’opération Wuambushu est engagée le jour même, de façon moins massive que prévu. Les jours suivants, elle continue de susciter des affrontements violents.

— Universalis

Événements précédents