GAMSAKHOURDIA ZVIAD (1939-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie et la disparition de celui qui fut le premier président démocratiquement élu d'une des républiques de l'ex-U.R.S.S. reflètent parfaitement la très difficile transition démocratique en Géorgie.

Sa jeunesse fut profondément marquée par son père Konstantin (1891-1977), célèbre écrivain géorgien, chantre des valeurs patriotiques au travers de romans historiques. En 1957, le jeune Zviad est arrêté pour dissidence, mais rapidement libéré. Il peut poursuivre ses études de lettres à l'université de Tbilissi. Il entame une carrière de poète et de traducteur, entre autres, des œuvres de Shakespeare, Whitman et Baudelaire. En avril 1977, il fonde avec son ami, le musicologue Mérab Kostava, le comité géorgien de surveillance des accords d'Helsinki. Tous deux sont rapidement arrêtés. Mais, après une autocritique à la télévision très controversée, il n'écope que de deux ans de camp, contre dix pour son ami. Après coup, Gamsakhourdia dira qu'ils s'étaient mis d'accord pour que l'un des deux continue le combat. La mort accidentelle de Kostava en octobre 1989 ne permettra pas de faire la lumière sur cet épisode.

À la fin de 1987, l'opposition commence à s'organiser en Géorgie. Mais, dès l'origine, elle est divisée et pratique une surenchère nationaliste, en particulier contre les nombreuses minorités de la république. Zviad, comme l'appellent simplement les partisans de sa Table ronde libre, n'échappe pas à la règle. Il pratique l'ultra-nationalisme et la démagogie, mais il est atteint aussi de mégalomanie et de paranoïa. En octobre 1990, lors des premières élections législatives libres, la Table ronde obtient 60 p. 100 des suffrages et cent cinquante-quatre sièges sur deux cent cinquante. Zviad est élu président du Parlement par deux cent trente-deux députés, le 14 novembre 1990. Fort de ce succès, il laisse libre cours à ses tendances dictatoriales. Dès décembre, il supprime l'autonomie des Ossètes et, en janvier, arrête leur leader venu négocier à Tbilissi. Le mois suivant [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée

Classification


Autres références

«  GAMSAKHOURDIA ZVIAD (1939-1994)  » est également traité dans :

CHEVARDNADZE EDOUARD (1928-2014)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 878 mots
  •  • 1 média

libres ont lieu en octobre 1990 dans un climat de divisions politiques et ethniques et de violence. C’est l’ancien dissident Zviad Gamsakhourdia, arrêté par Chevardnadze en 1977, qui l’emporte avec plus de 60 p. 100 des suffrages et devient président du Parlement. En mai 1991, ce dernier est élu (87 p. 100) au suffrage universel à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-chevardnadze/#i_11174

GÉORGIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Régis GAYRAUD, 
  • David Marshall LANG, 
  • Kalistrat SALIA
  • , Universalis
  •  • 15 748 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « De la dissidence à l'indépendance »  : […] un climat de division et de violence. La Table ronde libre de Zviad Gamsakhourdia obtient 60 p. 100 des voix, contre 30 p. 100 au P.C., et Zviad Gamsakhourdia est donc élu président du Parlement. L'opposition, désormais au pouvoir, s'avère encore plus intransigeante envers les minorités : Tbilissi supprime l'autonomie des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georgie/#i_11174

Pour citer l’article

Christophe CHICLET, « GAMSAKHOURDIA ZVIAD - (1939-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/zviad-gamsakhourdia/