GAMSAKHOURDIA ZVIAD (1939-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie et la disparition de celui qui fut le premier président démocratiquement élu d'une des républiques de l'ex-U.R.S.S. reflètent parfaitement la très difficile transition démocratique en Géorgie.

Sa jeunesse fut profondément marquée par son père Konstantin (1891-1977), célèbre écrivain géorgien, chantre des valeurs patriotiques au travers de romans historiques. En 1957, le jeune Zviad est arrêté pour dissidence, mais rapidement libéré. Il peut poursuivre ses études de lettres à l'université de Tbilissi. Il entame une carrière de poète et de traducteur, entre autres, des œuvres de Shakespeare, Whitman et Baudelaire. En avril 1977, il fonde avec son ami, le musicologue Mérab Kostava, le comité géorgien de surveillance des accords d'Helsinki. Tous deux sont rapidement arrêtés. Mais, après une autocritique à la télévision très controversée, il n'écope que de deux ans de camp, contre dix pour son ami. Après coup, Gamsakhourdia dira qu'ils s'étaient mis d'accord pour que l'un des deux continue le combat. La mort accidentelle de Kostava en octobre 1989 ne permettra pas de faire la lumière sur cet épisode.

À la fin de 1987, l'opposition commence à s'organiser en Géorgie. Mais, dès l'origine, elle est divisée et pratique une surenchère nationaliste, en particulier contre les nombreuses minorités de la république. Zviad, comme l'appellent simplement les partisans de sa Table ronde libre, n'échappe pas à la règle. Il pratique l'ultra-nationalisme et la démagogie, mais il est atteint aussi de mégalomanie et de paranoïa. En octobre 1990, lors des premières élections législatives libres, la Table ronde obtient 60 p. 100 des suffrages et cent cinquante-quatre sièges sur deux cent cinquante. Zviad est élu président du Parlement par deux cent trente-deux députés, le 14 novembre 1990. Fort de ce succès, il laisse libre cours à ses tendances dictatoriales. Dès décembre, il supprime l'autonomie des Ossètes et, en janvier, arrête leur leader venu négocier à Tbilissi. Le mois suivant, il fait incarcérer [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée

Classification

Autres références

«  GAMSAKHOURDIA ZVIAD (1939-1994)  » est également traité dans :

CHEVARDNADZE EDOUARD (1928-2014)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 878 mots
  •  • 1 média

Homme de la transition gorbatchévienne, Edouard Chevardnadze fut président de la République (1992-2003) d’une Géorgie indépendante, avant d’être chassé par la révolution des roses. Edouard Chevardnadze est né le 25 janvier 1928 dans le village de Mamati en Géorgie occidentale. À vingt ans, il adhère au Parti communiste de l’Union soviétique (P.C.U.S.) et obtient en 1959 un diplôme d’historien pol […] Lire la suite

GÉORGIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Régis GAYRAUD, 
  • David Marshall LANG, 
  • Kalistrat SALIA
  • , Universalis
  •  • 15 746 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « De la dissidence à l'indépendance »  : […] Les turbulences de la perestroïka n'épargnent pas la Géorgie. En octobre 1987, des intellectuels nationalistes fondent l'association Ilya-Chavtchavadzé et organisent, pour la première fois depuis la soviétisation du pays, une manifestation célébrant le soixante-dixième anniversaire de l'indépendance. D'autres nationalistes fondent le Parti national démocratique. Ainsi, dès l'origine, l'opposition […] Lire la suite

Les derniers événements

Géorgie. Annonce de la mort de l'ancien président Zviad Gamsakhourdia. 5 janvier 1994

La mort de l'ancien président Zviad Gamsakhourdia est rendue publique. La date (le 31 décembre 1993 ou plus tard) et les circonstances de sa disparition (suicide, mort au combat ou élimination par des rivaux) restent incertaines. Élu président en mai 1991, cet opposant ultranationaliste au régime […] Lire la suite

Géorgie. Reconquête de la Mingrélie et opposition entre le président et le Parlement. 6-25 novembre 1993

Le 6, les troupes de l'ancien président Zviad Gamsakhourdia cèdent devant l'avancée des forces géorgiennes appuyées par les Russes et abandonnent Zougdidi, capitale de la Mingrélie, la dernière ville qu'elles occupaient encore dans cette région conquise en octobre à la faveur de la défaite […] Lire la suite

Géorgie. Adhésion à la C.E.I. et reconquête de la Mingrélie par les forces géorgiennes. 2-25 octobre 1993

Le 2, les troupes de Zviad Gamsakhourdia, le président renversé en janvier 1992 et revenu dans son fief de Mingrélie à la faveur des combats en Abkhazie, s'emparent du port de Poti, qui contrôle l'unique voie ferrée reliant la mer Noire à Tbilissi. Les communications entre la mer et la capitale […] Lire la suite

Géorgie. Prise de Soukhoumi par les Abkhazes et offensive des partisans de l'ex-président Zviad Gamsakhourdia. 14-27 septembre 1993

de l'instauration de l'état d'urgence – qui lui confère les pleins pouvoirs – et de la mise en vacance du Parlement pour trois mois. L'état d'urgence est justifié par la reprise, en Mingrelie – qui sépare l'Abkhazie du reste de la Géorgie –, de l'offensive des partisans du président déchu Zviad Gamsakhourdia […] Lire la suite

Géorgie. Intervention armée en Abkhazie. 14 août - 3 septembre 1992

Le 14, la garde nationale géorgienne intervient dans la république autonome d'Abkhazie afin de délivrer des hauts dirigeants géorgiens enlevés quelques jours plus tôt par des partisans du président déchu Zviad Gamsakhourdia. Cette action est l'occasion pour la Géorgie d'affirmer son autorité […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe CHICLET, « GAMSAKHOURDIA ZVIAD - (1939-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zviad-gamsakhourdia/