Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

YAQUI

De langue uto-aztèque, les Yaqui sont largement dispersés dans l'État de Sonora, au Mexique (14 000 locuteurs recensés en 2000, sur une population totale estimée au double) ; la plus forte densité se trouve le long du fleuve Yaqui. On trouve aussi des Yaqui dans le sud de l'Arizona, en Californie et dans différents autres endroits des États-Unis ; ils seraient environ 6 000 dans ce pays d'après le recensement de 2000. C'est en 1886, après un combat désastreux pour leur indépendance, que les survivants yaqui vinrent se réfugier aux États-Unis, notamment près de Tucson et de Phoenix. Ce sont des agriculteurs sédentarisés ; l'unité sociale est la communauté agricole. La technologie est simple, voire fruste : la poterie, par exemple, est rarement décorée. En revanche, le système cérémoniel est un des pôles les plus importants de la vie yaqui. Évangélisés en 1617, ils ont une religion qui est une interprétation de la liturgie catholique : la cérémonie de Pâques, notamment, est une dramatisation de la Passion du Christ. L'art yaqui dérive de ce cérémoniel religieux où l'accent est mis sur la danse et la musique. Les deux danses les plus importantes, réservées aux hommes, sont la « danse du cerf », de chorégraphie indienne, et celle de la « pascola », pour laquelle les danseurs portent des masques en bois sculpté et peint. Les Yaqui du Mexique, comme ceux des États-Unis, ont un fort sentiment de leur identité, qui repose sur l'intérêt porté aux huit tribus ancestrales totémiques et sur la fierté de leur passé. De religion catholique romaine, les Yaqui donnent à leurs manifestations religieuses des formes préchrétiennes, dénommant en particulier la Vierge Marie « Notre Mère », du même titre donc que l'une des anciennes divinités païennes.

— Anne FARDOULIS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CASTANEDA CARLOS (1925-1998)

    • Écrit par Michel PERRIN
    • 836 mots

    Plusieurs raisons justifient qu'un ethnologue évoque l'œuvre de Carlos Castaneda. Ses livres, une dizaine en tout, s'appuient sur une rencontre supposée avec un « sorcier » amérindien et, dès leur parution, ils ont divisé la communauté des anthropologues. Leur succès foudroyant nous informe sur une...

Voir aussi