WALVIS BAY

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ville du centre-ouest de la Namibie, Walvis Bay (en afrikaans Walvisbaai, signifiant la baie des baleines) se dresse le long de la côte atlantique. Elle fut une enclave sud-africaine jusqu'en 1992.

Au milieu du xixe siècle, la découverte de dépôts de guano sur un certain nombre d'îles voisines provoqua un afflux massif de population à Walvis Bay. Les Britanniques annexèrent la baie et les terres adjacentes dès 1878. La région fut rattachée à la colonie du Cap (auj. en Afrique du Sud) en 1884, l'année même où l'Allemagne établit le protectorat du Sud-Ouest africain. La Constitution de 1910 qui créa l'Union sud-africaine intégra Walvis Bay dans ce nouveau dominion. Pour plus de commodité, la ville fut administrée par le Sud-Ouest africain de 1922 à 1977. À partir de 1978, elle fut cependant gouvernée directement par l'Afrique du Sud, qui conserva cette enclave après l'indépendance de la Namibie, en 1990. Cette dernière revendiqua longtemps la souveraineté sur Walvis Bay. En 1992, les deux pays décidèrent d'administrer l'enclave conjointement et, en mars 1994, l'Afrique du Sud restitua Walvis Bay à la Namibie.

La ville s'étend aux portes du désert du Namib, à l'embouchure de la rivière Kuiseb, qui s'écoule par intermittence. Certains quartiers, qui se trouvent en-dessous du niveau de la mer (– 1,2 mètre d'altitude), sont protégés des inondations par une digue. Le port de Walvis Bay est le plus important de Namibie. Abrité par la péninsule Pelican Point au nord-ouest, il est relié à l'intérieur des terres par voies routière, ferrée et aérienne. Ancien port en eau profonde utilisé par la marine sud-africaine, il exporte depuis la fin des années 1970 l'uranium extrait dans l'une des plus grandes mines du monde, située à Rössing, 80 kilomètres au nord-est de Walvis Bay. Toutefois, l'exportation de ce produit a chuté depuis 1979 pour ne représenter que 1 000 tonnes en 2005 (5 000 tonnes en 1979). La Trans-Kalahari, route reliant Walvis Bay au centre industriel de Gauteng en Afrique du Sud, inaugurée en 1998 a permis d'augmenter le trafic du port, notamment celui des conteneurs qui a doublé entre 2001 et 2004. La surexploitation dramatique des ressources halieutiques côtières a provoqué le déclin de la pêche, autrefois moteur de l'économie de la ville. Walvis Bay compte 42 015 habitants (2001).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  WALVIS BAY  » est également traité dans :

NAMIB

  • Écrit par 
  • Richard F. LOGAN
  •  • 2 402 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Population et économie »  : […] De brefs voyages d'exploration furent entrepris le long de la côte du xv e au xvii e  siècle. Walvis Bay (la « baie de la baleine ») servit de base aux navires baleiniers de la Nouvelle-Angleterre au début du xix e  siècle. Des routes directes permettaient alors aux marchands et aux missionnaires de pénétrer dans les terres à partir de Lüderitz et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/namib/#i_82240

NAMIBIE

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Reginald H. GREEN
  • , Universalis
  •  • 7 131 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Naissance de la république de Namibie »  : […] C'est donc dans la foulée des accords d'août-décembre 1988 conclus entre l'Afrique du Sud, l'Angola et Cuba qu'est mise en œuvre la résolution 435 de 1978 du Conseil de sécurité dès le 1 er  janvier 1989 et sous contrôle international : opérations de retraits progressifs des forces armées, y compris les forces cubaines en Angola ; installation de p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/namibie/#i_82240

Pour citer l’article

« WALVIS BAY », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/walvis-bay/