PERCY WALKER (1916-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chose plus rare qu'on ne le croit, dans un pays où les généalogies s'inventent parfois du jour au lendemain, Walker Percy descend d'une très ancienne famille du Sud. C'est à la fin du xviiie siècle, au lendemain de la révolution américaine, que « Don Carlos », le premier Percy, s'installe au sud de Natchez, dans ce qui est encore à l'époque territoire espagnol. Son petit-fils, le trisaïeul du romancier – l'Aigle gris du Mississippi, ainsi qu'on le surnommait – fit partie de la caste des planteurs du Sud qui, au lendemain de la guerre civile, s'efforça d'enrayer la montée des petits Blancs racistes et « mangeurs de feu » : les Snopes de Faulkner. Walker Percy avait treize ans lorsqu'en 1929 son père se suicida. Il fut élevé par son grand-oncle, Alexander Percy, l'auteur de Lanterns on the Levee, ou « mémoires d'un planteur sudiste » (1942). Ce livre est une longue méditation élégiaque sur le crépuscule de l'aristocratie, caste en voie d'extinction dont les bastions tombent l'un après l'autre sous l'assaut de la « racaille ».

Alexander Percy se voit comme « le dernier des gentilshommes », expression dont Walker Percy fera le titre d'un de ses romans. Du monde qu'il a connu il ne reste plus qu'une poignée de « survivants » dépossédés de leur héritage, n'ayant plus d'autre recours que d'errer dans le désert tels des nomades, sans feu ni lieu pour y attendre l'apocalypse et la venue, au milieu des ruines (autre titre de Walker Percy), du rédempteur. Toute l'œuvre de Walker Percy est une sorte de dialogue d'outre-tombe avec le fantôme de cet aristocrate désespéré.

Walker Percy fait d'abord des études de chimie à Chapel Hill (Caroline du Nord). Ces années sont marquées par un voyage en Allemagne – en 1934, au lendemain du putsch de Hitler. En 1937, il commence sa médecine à Columbia où, pendant son internat, il contracte la tuberculose en pratiquant des autopsies sur des cadavres de clochards. Au cours de son long séjour en sanatorium, il lit les auteurs qui marqueront son œuvre : le Sartre de La Nausée, Dostoïevski, Kierkegaard, et surtout Gabriel Marcel. Un des thèmes ma [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur de littérature américaine à l'université de Paris-IV-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  PERCY WALKER (1916-1990)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 198 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Écrire après Faulkner »  : […] La présence de Faulkner constitua pour les autres écrivains un problème que Flannery O'Connor devait un jour résumer avec son humour habituel : « Personne n'a envie de s'aventurer avec son petit chariot couvert et sa pauvre mule sur la voie ferrée où le Dixie Limited déboule à grand fracas. » C'est moins vrai pour des écrivains qui sont presque de la même génération, comme Robert Penn Warren ou T […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Yves PÉTILLON, « PERCY WALKER - (1916-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/walker-percy/