HARRIMAN W. AVERELL (1891-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à New York, le 15 novembre 1891, William Averell Harriman était le fils d'un magnat des chemins de fer, Edward Harriman, qui, à lui seul, posséda 103 000 km de rail, plus qu'aucun homme n'en contrôla jamais. Il est donc élevé de facon princière : la demeure familiale comprenait cent pièces à Arden (New York). Il fait de bonnes études, d'abord dans une prestigieuse école privée, Groton, puis à l'université Yale. Comme tout jeune homme riche qui se respecte, il est avant tout sportif : ski et polo. Il entre dans l'entreprise familiale, Union Pacific, et en devient rapidement président après la mort de son père en 1909. Il tente de surpasser le génie paternel en diversifiant ses activités dans les transports maritimes et l'aviation, sans succès. Il connaîtra une plus grande réussite dans la banque d'investissements qu'il crée avec son frère. C'est alors que son intérêt pour l'U.R.S.S. se développe. Il avait déjà visité la Russie, à huit ans, avec son père, lors d'une expédition qui alla jusqu'en Sibérie. Il retourne à Moscou en 1926 pour inspecter une concession obtenue pour l'exploitation d'une mine de manganèse dans le Caucase. Il rencontre alors Trotski durant plusieurs heures. Il en tire la conclusion que la révolution bolchevique n'est pas « la voie de l'avenir » et estime que, « malgré ses indéniables réussites, [elle] constitue un retour en arrière pour le développement de l'humanité ». Pour autant, il demeure persuadé que, « pour le meilleur ou pour le pire, le régime soviétique est un fait acquis ». Cette vision des choses fondera définitivement sa vision de l'Union soviétique.

Rien ne prédestinait ce patricien à devenir un conseiller écouté des présidents démocrates : sa caste ne haïssait-elle pas leur parti qui prétend donner quelques miettes de la réussite américaine aux plus défavorisés ? Mais les familles Roosevelt et Harriman sont liées d'amitié, et ces grands bourgeois croient tous deux au service public et à la communauté de destin des classes : après la grande crise de 1929, privilégiés et défavorisés périro [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : directeur de recherche au Centre d'études et de recherches internationales de la Fondation nationale des sciences politiques

Classification

Pour citer l’article

Marie-France TOINET, « HARRIMAN W. AVERELL - (1891-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/w-averell-harriman/