WESTWOOD VIVIENNE (1941-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Papesse de la mode britannique, Vivienne Westwood s'est vu consacrer une rétrospective, en 2004, par le Victoria and Albert Museum, à Londres. Cent cinquante silhouettes présentées de manière chronologique dans une première salle, puis thématique dans la seconde, retraçaient, depuis le début des années 1970, trente-quatre ans d'activité de la créatrice.

Née en 1941 à Glossopdale (Derbyshire), Vivienne Isabel Swire étudie brièvement la mode au Harrow Art College, puis devient institutrice. En 1962, elle se marie à Derek Westwood et donne naissance à son premier fils. Trois ans plus tard, elle rencontre un passionné de mode et de musique, de cinq ans son cadet, Malcom McLaren, dont elle aura un fils en 1967. Leur collaboration professionnelle débute en 1970 et durera treize ans. L'aventure commune commence par l'ouverture à Londres, au 430 King's Road, d'une boutique caméléon qui se métamorphosera au gré des fantaisies de ses propriétaires. En pleine période hippie, la devanture affiche « Let It Rock » (Soyons rock) et propose des reproductions de vêtements de rockers, des pièces anciennes, ainsi que les premières créations de Vivienne, des tee-shirts ornés d'os de poulet bouillis. Très vite, l'enseigne se transforme mais la marchandise – des vêtements de bikers (motards) customisés – demeure tout aussi agressive.

En 1975, la dénomination se change en « Sex » et intéresse une autre minorité, celle des voyeurs, des fétichistes, ainsi que tous les proto-punks qui hantent King's Road à la recherche d'oripeaux susceptibles d'horrifier le bourgeois. L'année suivante, alors que McLaren est le manager des Sex Pistols, idoles des punks, le magasin s'intitule « Seditionaries-Clothes for Heroes » (Sédition. Vêtements pour héros). Le décor, une fois de plus, change, et les vêtements reprennent tous les points forts des collections précédentes : le cuir, les chaînes, les badges des bikers, autant que les lanières, les zips et le reste de l'attirail fétichiste. Ainsi se trouve constituée la [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  WESTWOOD VIVIENNE (1941- )  » est également traité dans :

MCLAREN MALCOM (1946-2010)

  • Écrit par 
  • John M. CUNNINGHAM, 
  • Universalis
  •  • 378 mots

ancrée dans la pensée marxiste, et par son chef de file, Guy-Ernest Debord. En 1965, il rencontre la créatrice de mode Vivienne Westwood, dont il va partager la vie et avec laquelle il ouvre en 1971, dans King's Road, à Londres, une boutique d'habillement avant-gardiste baptisée Let It Rock. Mais McLaren s'intéresse bientôt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/malcom-mclaren/#i_38189

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine ORMEN, « WESTWOOD VIVIENNE (1941-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vivienne-westwood/