VILAIN

Le terme « vilain » dérive du bas latin villicus : homme semi-libre attaché à une « villa », grande exploitation gallo-romaine. Ce fut, pendant tout le Moyen Âge, le nom du villageois ou paysan libre. Cependant, il se chargea au cours des siècles de tout le mépris que les seigneurs et même les bourgeois éprouvaient pour les populations rurales, jusqu'à prendre le sens usuel que nous lui connaissons. Il faut observer que le terme anglais de villain désigne au contraire un serf.

—  Françoise MOYEN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  VILAIN  » est également traité dans :

SERVAGE

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 3 160 mots

Dans le chapitre « Les destinées du servage »  : […] Le servage représentait cependant une rude entrave, dont on rêvait de se dégager, surtout parce qu'elle limitait la liberté d'entreprise et faisait obstacle à l'accumulation du capital (cela fut ressenti plus vivement et plus tôt dans les villes en expansion, peuplées de paysans immigrés dont beaucoup étaient d'origine servile). Le servage était aussi perçu comme une « macule » humiliante, par les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/servage/#i_39794

Pour citer l’article

Françoise MOYEN, « VILAIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vilain/