FINNBOGADÓTTIR VIGDÍS (1930- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Présidente de la république d'Islande de 1980 à 1996.

Née le 15 avril 1930 à Reykjavik, Vigdís Finnbogadóttir est issue d'un milieu aisé. Sa mère est présidente de l’association nationale des infirmières d’Islande et son père ingénieur des travaux publics. Après ses études à Reykjavik, elle suit des cours à l’université de Grenoble puis à la Sorbonne et à l’université d’Uppsala en Suède. Elle étudie aussi au Danemark et à l’université d’Islande où elle enseigne par la suite le français, l’art dramatique et l’histoire du théâtre.

De 1972 à 1980, Vigdís Finnbogadóttir travaille comme directrice du Leikfélag Reykjavikur (Compagnie théâtrale de Reykjavik) et fait partie d’une troupe de théâtre expérimental. Pendant cette période, elle présente des cours de français et des émissions culturelles à la télévision nationale islandaise, un travail qui la fait connaître et la rend populaire dans le pays. Elle devient membre du Comité consultatif pour les affaires culturelles dans les pays nordiques en 1976 et elle en est élue présidente en 1978.

En 1980, malgré son statut de femme divorcée et mère (elle adopte sa fille en 1972), Vigdís Finnbogadóttir est choisie comme candidate à la présidence de l’Islande. Elle remporte de peu l'élection, avec 33,6 p. 100 des voix, contre trois concurrents masculins et devient ainsi la première femme au monde élue à la tête d’un État constitutionnel. Elle est ensuite réélue trois fois (1984, 1988 et 1992) mais décide de ne pas se représenter en 1996. Bien que le rôle de présidente de l’Islande soit une charge essentiellement honorifique, elle prend une part active à la promotion de son pays dont elle se fait l’ambassadrice culturelle.

En 1996, Vigdís Finnbogadóttir devient présidente fondatrice du Council of Women World Leaders (qui regroupe les femmes occupant ou ayant occupé la fonction de chef d’État ou de gouvernement) à l’université Harvard. Deux ans plus tard, elle est nommée présidente de la Commission mondiale d’éthique des connaissances scientifiques et des technologies, organe consultatif de l’U.N.E.S.C.O.

—  Universalis

Classification

Autres références

«  FINNBOGADÓTTIR VIGDÍS (1930- )  » est également traité dans :

ISLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Édouard KAMINSKI, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 16 479 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Aux temps de l'État-providence »  : […] Dans les années 1960-1970, la grande question de politique internationale fut celle de l'extension des zones de pêche. Cette ressource majeure pour l'économie était devenue l'objet d'une concurrence féroce depuis l'intensification de la pêche industrielle. S'engagèrent alors avec le Royaume-Uni, de septembre 1958 à février 1961, de septembre 1972 à novembre 1973 et de novembre 1975 à mars 1976, l […] Lire la suite

Les derniers événements

29 juin 1996 Islande. Élection d'Olafur Ragnar Grimsson à la présidence

Vigdis Finnbogadottir, à la tête de l'État depuis juin 1980, qui ne se représentait pas.  […] Lire la suite

8-22 avril 1995 Islande. Élections législatives

Vigdís Finnbogadóttir charge David Oddsson d'une mission exploratoire en vue de constituer un gouvernement. Le 22, les conservateurs et les agrariens forment une nouvelle coalition, dirigée par le Premier ministre sortant.  […] Lire la suite

17-28 septembre 1988 Islande. Changement de Premier ministre

Vigdis Finnbogadottir, la démission du gouvernement de coalition de centre droit (conservateurs, agrariens, sociaux-démocrates) qu'il présidait depuis juillet 1987. Les trois partis étaient divisés sur la politique économique à suivre face à une situation préoccupante : baisse, sur le marché international, du prix du poisson, qui constitue 75 p. 100 […] Lire la suite

25 juin 1988 Islande. Réélection de la présidente Vigdis Finnbogadottir

Vigdis Finnbogadottir, francophile active, entame son troisième mandat depuis son accession à la présidence en 1980. […] Lire la suite

8 juillet 1987 Islande. Constitution d'une nouvelle coalition gouvernementale

Vigdis Finnbogadottir. Après les élections du 25 avril, il a fallu de longs marchandages pour mettre sur pied une nouvelle coalition : au Parti de l'indépendance (conservateur) et au Parti progressiste (centre droit) est venu se joindre le Parti social-démocrate (centre gauche). Ces trois formations disposent d'une majorité de neuf sièges au Parlement […] Lire la suite

Pour citer l’article

« FINNBOGADÓTTIR VIGDÍS (1930- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vigdis-finnbogadottir/