VANCE WILLIAM VAN CUTSEN dit (1935-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C’est à un courant classique de la bande dessinée, celui de l’aventure réaliste, que se rattache William Vance. Né le 8 septembre 1935 près de Bruxelles, à Anderlecht, William Van Cutsem, dont le néerlandais était la langue maternelle, avait quitté la Belgique pour s’installer en Espagne en 1979. C’est à Santander qu’il est décédé, le 14 mai 2018.

Après avoir suivi, entre quinze et dix-neuf ans, les cours de l’Académie royale des beaux-arts de Bruxelles, il devient dessinateur, d’abord dans la publicité. Puis, sous le pseudonyme de William Vance, il se lance dans la bande dessinée. Dans le journal Tintin, où il débute en 1962, il s’essaie à différents genres avec les séries Howard Flynn (1964 ; texte d’Yves Duval qui évoque les aventures d’un jeune lieutenant de la marine britannique vers 1785), Ringo (1965 ; un western écrit par Jacques Acar) et Bruno Brazil (1967 ; récits d’espionnage sur des scénarios de Greg).

William Vance

Photographie : William Vance

On peut dire qu'il existe deux œuvres parallèles chez William Vance. D'un côté, l'amoureux des récits d'aventures, de Howard Flynn à Ramiro, en passant par Bob Morane ; de l'autre, le créateur de la série XIII, qui sera un des très grands succès de l'édition de bande dessinée. 

Crédits : Michel Krakowski/ Belga/ AFP

Afficher

Sa deuxième collaboration majeure est à Femmes d’aujourd’hui. Il y succède en 1968 à Dino Attanasio et à Gérald Forton pour adapter en bande dessinée Bob Morane, le personnage de romans d’aventures créé par Henri Vernes. Dans ce magazine, il publie aussi Ramiro (1974 ; scénario de Jacques Stoquart), dont le cadre est la Castille de la fin du xiie siècle, avant de renouer en 1976 avec la veine de ses débuts en donnant naissance à un autre lieutenant de la Royal Navy, Bruce J. Hawker. Ses aventures, beaucoup moins glorieuses que celles de Howard Flynn, continuent ensuite, avec la contribution au scénario d’André-Paul Duchâteau, dans l’hebdomadaire Tintin, et sont reprises dans sept albums, le dernier paraissant en 1996.

Comme pour beaucoup d’auteurs, ce n’est pas ce qu’il aimait vraiment qui apporta à William Vance la renommée et l’aisance financière, mais une œuvre éloignée de ses centres d’intérêt : XIII, une saga bâtie par le scénariste Jean Van Hamme et née dans le journal de Spirou. William Vance en dessine dix-huit albums, parus de 1984 à 2007, dont le succès commercial, favorisé par d’intenses campagnes publicitaires, grandira à chaque nouvelle parution. Le personnage central de XIII, inspiré du roman de Robert Ludlum La Mémoire dans la peau, est un amnésique à la recherche de son identité, entraîné dans des aventures qui suggèrent que son passé est particulièrement complexe. William Vance y dessine un monde urbain, violent, technologique, où les services secrets américains jouent un rôle essentiel et où la sexualité est très présente.

Le scénario, s’il est d’une grande habileté, ne correspondait en rien à l’univers intérieur de William Vance, qui était habité par le Moyen Âge (pour Ramiro, il avait parcouru l’Espagne, visitant les églises romanes et les musées archéologiques) et par la marine des années 1770-1815, dont il aimait les uniformes, les batailles navales, les bateaux voguant sur des mers encore mystérieuses. Son dessin y était au meilleur de lui-même : William Vance excellait à dessiner la mer, la pluie, la brume. Son graphisme, caractérisé par un encrage puissant, rappelait des bandes d’aventures comme celles du Néerlandais Hans Kresse (père du Viking Eric, l’homme du Nord), de l’Argentin Arturo del Castillo (dessinateur des westerns Randall et, déjà, Ringo), du Britannique Jim Holdaway (dont Modesty Blaise était une réponse féminine à James Bond).

William Vance avait aussi été marqué par les illustrateurs américains N. C. Wyeth et, surtout, Kenneth Riley. Avec Howard Flynn et Bruce J. Hawker, il se situait dans la lignée de leurs illustrations pour les aventures du capitaine Hornblower, le personnage de nombreux romans de C. S. Forester, une filiation qu’il revendiquait.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VANCE WILLIAM VAN CUTSEN dit (1935-2018)  » est également traité dans :

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 301 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Bandes juvéniles »  : […] Une des conséquences de la libération des mœurs et de la mixité scolaire est la disparition des illustrés réservés aux petites filles. Les nouveaux héros sont donc parfois des héroïnes. Le journal Spirou , par exemple, se féminise en 1970 grâce à deux auteurs belges, François Walthéry et Roger Leloup, qui dessinent respectivement les aventures de l'hôtesse de l'air Natacha et de l'électronicienne […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-25 juillet 2011 France – États-Unis. Rebondissements dans l'affaire Strauss-Kahn

Vance Jr., l'assignation à résidence de Dominique Strauss-Kahn qu'il accepte de libérer sur parole, sans toutefois abandonner les charges à son encontre. L'accusé avait décidé, lors de l'audience du 6 juin, de plaider non coupable. Cette décision est motivée par les mensonges de l'accusatrice, tant sur des faits relatifs à son passé que sur les événements […] Lire la suite

4-24 juin 1993 Bosnie-Herzégovine. Abandon progressif du plan Vance-Owen

Vance-Owen devait être « amendé », la communauté internationale admet plus ou moins explicitement une autre solution que le maintien d'un État unitaire. Les 19 et 20, les Serbes de la Krajina croate et de Bosnie se prononcent à une quasi-unanimité, par référendum, en faveur de leur unification. Le 24, le gouvernement français annonce la nomination  […] Lire la suite

1er-22 mai 1993 Bosnie-Herzégovine. Rejet par les Serbes de Bosnie du plan Vance-Owen et adoption par les Occidentaux d'un « programme commun d'action »

Vance et David Owen, les présidents de la Bosnie, de la Serbie, du Monténégro et de la nouvelle Yougoslavie, ainsi que les chefs des communautés croate et serbe de Bosnie. Le 2, devant la menace d'une intervention militaire occidentale qui se fait de plus en plus concrète, le leader serbe bosniaque Radovan Karadzic signe le plan Vance-Owen qui prévoit […] Lire la suite

16-26 avril 1993 Bosnie-Herzégovine. Chute de Srebrenica et nouvelles sanctions contre Belgrade

Vance-Owen. Le « parlement » décide d'organiser un référendum sur ce plan parmi les Serbes de Bosnie, en mai.  […] Lire la suite

1er-31 mars 1993 Bosnie-Herzégovine. Effets positifs de l'action internationale

Vance et David Owen, rencontrent à leur demande le président de la Serbie Slobodan Milošević ; à Paris – où ce dernier bénéficie d'une relative bienveillance –, en présence du président François Mitterrand. Devant les menaces de sanctions supplémentaires contre la « nouvelle Yougoslavie », Slobodan Milošević accepte de faire pression sur les Serbes […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique PETITFAUX, « VANCE WILLIAM VAN CUTSEN dit (1935-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vance/