LINDSAY VACHEL (1879-1931)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour avoir gagné le cœur et l'oreille de l'Amérique de son temps d'une façon quelque peu spectaculaire, Nicholas Vachel Lindsay, troubadour américain amoureux du Middle West, génial précurseur, est sans doute un des poètes des États-Unis les plus connus et les plus méconnus à la fois. Félicité par Yeats en 1914 pour un poème religieux écrit à la mémoire du fondateur de l'Armée du Salut (General William Booth Enters into Heaven) et qui portait, en marge, des instructions « musicales », Lindsay répondit publiquement en scandant d'une voix forte les rythmes « africains » du « Congo ». En rupture brutale avec l'académisme et la mièvrerie de la poésie américaine du moment, il ne put dès lors échapper aux étiquettes d'« évangéliste » et de « poète du jazz » — musique qu'il détestait. L'œil de la critique et du public refusa de se porter sur une œuvre complexe : on ne voulut retenir que les sonorités et les percussions.

Pourtant Lindsay, né à Springfield (Illinois) le 10 novembre 1879 dans une famille campbellite, ne semblait en rien destiné à une telle réputation. Fils d'un médecin et d'une militante religieuse, il manifesta peu de goût pour le métier de son père et interrompit ses études médicales pour les beaux-arts. À Chicago, puis à New York, il étudia la peinture et le dessin et se donna une solide culture artistique. Robert Henri et William Chase, ses professeurs, lui conseillant d'opter pour la poésie, Lindsay s'attacha alors à développer en vers la cosmogonie très personnelle qui lui avait fait dessiner, dès 1904, une Carte de l'univers et ébaucher les grandes lignes de sa vision (The Tree of Laughing Bells, Where Is Aladdin's Lamp ?). Militant social et politique, il entre en guerre ouverte avec sa ville natale en publiant des pamphlets contre le mauvais goût, le commercialisme et le chauvinisme (War Bulletins), prononce des conférences sur l'art devant les mineurs, milite contre l'alcoolisme et le racisme. Passionné d'art et convaincu de sa nature démocratique, Lindsay vagabonde à pied de par les États-Unis en 1906, 1908 et 1912, échangeant gîte et couvert cont [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur de littérature américaine à l'université d'Orléans

Classification

Autres références

«  LINDSAY VACHEL (1879-1931)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 208 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le Midwest »  : […] Ces derniers n'ont d'ailleurs pas non plus la cohésion qui leur a si rituellement été prêtée pour faciliter le tri dévastateur des anthologies. Incantatoire en effet est le sempiternel égrènement des trois noms d' Edgar Lee Masters, Vachel Lindsay et Carl Sandburg, même si l'on peut sans volontarisme les rattacher à un pan ou à un autre de la sensibilité populiste. Car l'unité de surface idéologiq […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc CHÉNETIER, « LINDSAY VACHEL - (1879-1931) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vachel-lindsay/