SAINT ANDREWS UNIVERSITÉ DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au Moyen Âge, les étudiants écossais fréquentaient les universités anglaises et françaises ; mais les guerres, le Grand Schisme (l'Écosse fut un des derniers pays fidèles au pape d'Avignon Benoît XIII) les en détournèrent au début du xve siècle. En 1411, l'évêque Wardlaw fonda l'université de St. Andrews, bientôt confirmée par le pape d'Avignon Benoît XIII (1413). Ses premiers statuts s'inspiraient de ceux des universités françaises ; mais, par la suite, quelques grands collèges distribuèrent l'essentiel de l'enseignement (arts à St. Salvator's College et à St. Leonard's College, théologie à St. Mary's College). L'université de St. Andrews ne participa guère à la Réforme en Écosse et souffrit plutôt de la sécularisation des biens ecclésiastiques. Son enseignement resta très traditionnel jusqu'au début du xixe siècle. Depuis lors, elle a retrouvé un certain dynamisme avec l'admission des femmes (1892) et le développement des études scientifiques (Queen's College pour les étudiants en médecine en 1954).

—  Jacques VERGER

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, assistant à l'université de Nancy-II

Classification

Pour citer l’article

Jacques VERGER, « SAINT ANDREWS UNIVERSITÉ DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/universite-de-saint-andrews/