UNE LETTRE DE LORD CHANDOS, Hugo von HofmannsthalFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers l'espace du dedans

Quant à lord Chandos, c'est un contemporain de Shakespeare, un disciple de Francis Bacon, un uomo universale de la Renaissance. Mais son rêve de toute-puissance intellectuelle est condamné à l'échec. Il va se transformer en une radicale expérience intérieure. Vers la fin de la Lettre, Chandos évoque « une langue dans laquelle les choses muettes me parlent ». Hofmannsthal ne fait pas seulement ici allusion à Baudelaire (« Le langage des fleurs et des choses muettes ») et à Stéphane Mallarmé : il songe aussi à la généalogie sensualiste et empiriste du langage telle qu'on la trouve exprimée chez Herder, et aux « hiéroglyphes » que, pour Novalis, représentent les mots du poète.

Les écailles tombent des yeux de Chandos à mesure que les mots perdent pour lui consistance. Cette joie de la clairvoyance retrouvée après que l'on a fait table rase des mots qui barrent l'accès aux choses, on la trouve chez Fritz Mauthner, dans les Contributions à une critique du langage de 1901 et 1902, dont Hofmannsthal avait pris connaissance. Hofmannsthal, dans la Lettre de lord Chandos, appelle ainsi à une purification du langage, capable de briser la gangue d'abstraction sous laquelle les mots s'étiolent. Il s'agit d'interrompre la grande parlerie où se complaît l'humanité « moderne ». La référence aux arts non langagiers, à la musique, aux arts plastiques, à la danse, guide l'écrivain et le conduit à donner la parole au corps et aux sensations pour imposer silence aux généralités abstraites. Après sa crise, lord Chandos est devenu un homme taciturne, parfois étrangement muet. Il a quitté son cabinet d'érudit. Son silence n'exprime pas l'impossibilité de parler, mais le désir de régénération d'un langage usé. Lord Chandos prépare « l'homme difficile », personnage éponyme de la grande comédie de Hofmannsthal de 1920.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  UNE LETTRE DE LORD CHANDOS, Hugo von Hofmannsthal  » est également traité dans :

HOFMANNSTHAL HUGO VON (1874-1929)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 2 845 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Réinventer un langage »  : […] La Lettre de lord Chandos (1902), « adressée » au philosophe Francis Bacon par un de ses disciples, est l'une des œuvres les plus célèbres de Hofmannsthal, malgré sa brièveté (une douzaine de pages). C'est grâce à ce texte que l'écrivain viennois, souvent considéré comme l'héritier d'une tradition plus que comme un novateur, a pris place au premier rang de la « modernité » littéraire du début de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques LE RIDER, « UNE LETTRE DE LORD CHANDOS, Hugo von Hofmannsthal - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/une-lettre-de-lord-chandos/