ULTRAÏSME, littérature

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ce mouvement poétique fut lancé vers 1918 par un groupe de poètes : Guillermo de Torre, Xavier Bóveda, César A. Comet, Pedro Garfias, F. Iglesias Caballero, J. de Aroca. L'ultraïsme se situe au confluent de mouvements d'avant-garde tels que futurisme, cubisme et dadaïsme. Le Manifiesto vertical ultraista (1920) se propose, comme son nom l'indique, de passer outre (ultra) ces écoles. Être « une rafale d'air pur pénétrant dans une chambre somnolente », tel était son projet. Le « poème pur » qu'il veut créer rejette l'anecdote, l'effusion sentimentale, la structure logique ou formelle. Outre le lexique de la technique, de la science ou du sport, les mots rares, les images surprenantes, les métaphores brillantes composent le langage de l'ultraïsme. Les recherches typographiques, à la façon des Calligrammes d'Apollinaire, sont pratiquées. Guillermo de Torre (1899-1971), principale figure du mouvement, illustre la doctrine dans les poèmes « visuels » de Hélices (1923) et s'en fait le théoricien et l'historien dans Literaturas europeas de vanguardia (1925). Vers les années 1920-1923, plusieurs revues, souvent éphémères, propagent l'ultraïsme en Espagne (Grecia, Cervantès, Ultra), en Argentine (Proa, Prisma, Martín Fierro), au Mexique (Horizonte, Los Contemporáneos), en Uruguay (Los Nuevos, Alfar), à Cuba (Revista de avance). L'influence de l'ultraïsme fut décisive ; la « génération de 1927 » (F. García Lorca, G. Diego, P. Salinas...) y trouve, en partie, ses racines ; J. L. Borges y fut associé ; J. Ortega y Gasset en fait l'analyse critique dans La Deshumanización del arte (1925). L'ultraïsme débouche dans le créacionisme, créé à Paris par le poète chilien Vicente Huidobro et le poète français Reverdy. Une même ambition associe ces deux mouvements simultanés : « ... Faire un art qui n'imite pas et ne traduise pas la réalité. » « Faire un poème comme la nature fait un arbre » : tel est l'idéal de V. Huidobro (1893-1948), dont l'influence fut capitale sur la poésie espagnole et sur la poésie hispano-américaine. Ultraïsme et créacionisme finirent par être emportés par la grande vague du surréalisme.

—  Bernard SESÉ

Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification


Autres références

«  ULTRAÏSME, littérature  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les poètes postmodernistes »  : […] Le cygne, cher à Darío (à l'égal de la couleur bleue), était devenu son symbole. En condamnant à mort ce volatile de très verlainienne façon, dans un sonnet de 1911, le poète mexicain Enrique González Martínez (1871-1952) appelait ses pairs à l'insurrection. Le modernisme n'en poursuivit pas moins sa carrière en divers pays, mais il n'y régna plus sans conteste. En Argentine, par exemple, l'œuvre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-litterature-hispano-americaine/#i_86890

BORGES JORGE LUIS

  • Écrit par 
  • Saul YURKIEVICH
  •  • 3 279 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Poésie et mémoire »  : […] À l'origine et au terme de l'œuvre de Borges prime le poème. Dans cette musique verbale, dans cette forme du temps, qui figure les mystères de la mémoire et les agonies du désir, dans cette émotive fabrique, qui est une des configurations du rêve, réside peut-être l'intime continuité qui cimente l'œuvre de Borges, et qui est la clé de sa circonvolution. De même que toute littérature commence par l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jorge-luis-borges/#i_86890

DIEGO GERARDO (1896-1987)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 406 mots

Poète espagnol, professeur de littérature et excellent musicien. Gerardo Diego compose, en 1932, sa célèbre Anthologie de la poésie espagnole contemporaine , où s'exprime admirablement, à travers les déclarations des poètes eux-mêmes, l'esthétique de la génération de 1927. Son œuvre poétique, ample et variée, allie harmonieusement tradition et modernité ; elle se caractérise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerardo-diego/#i_86890

LARREA JUAN (1895-1980)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 295 mots

Poète espagnol, Juan Larrea, après avoir adhéré, à la suite de Gerardo Diego, au mouvement dit du créationnisme, prépare par son langage poétique l'ultraïsme, puis s'oriente vers le surréalisme. Son tempérament artistique est marqué par une révolte spontanée contre toute norme esthétique, contre toute hypocrisie et contre toute contrainte. « Aujourd'hui, écrit Larrea en 1926, l'art est un problèm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-larrea/#i_86890

MARECHAL LEOPOLDO (1900-1970)

  • Écrit par 
  • Claude FELL
  •  • 905 mots

Leopoldo Marechal, longtemps marginalisé et ignoré en raison du péronisme qu'il avait professé pendant une vingtaine d'années, avant de se rallier tardivement au castrisme lors d'un voyage à Cuba en 1967, est un des écrivains majeurs de l'Argentine contemporaine. C'est d'abord en tant que poète qu'il s'est fait connaître dans les années 1920, en militant au sein de l'avant-garde et en publiant dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopoldo-marechal/#i_86890

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « ULTRAÏSME, littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ultraisme-litterature/