TSUNAMIS ET SÉISMES DE SUBDUCTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Séismes et subduction

Séismes et subduction
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Carte des grands séismes et tsunamis (depuis 1600)

Carte des grands séismes et tsunamis (depuis 1600)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte


Vers une vision plus globale du risque

Les trois exemples récents démontrent la forte variabilité des ruptures sismiques géantes de subduction. Alors que les séismes courants sont de magnitude 7,5 à 8,5 et cassent des segments de faille de l'ordre de la centaine de kilomètres, les séismes géants se superposent et traversent cette segmentation. Au sein même de ces événements on voit une variabilité dans l'espace, avec un glissement se répartissant sur plus de 1 000 kilomètres à Sumatra et cassant plusieurs aspérités, et à l'opposé, une rupture très concentrée au Japon. Le séisme de Sumatra a profondément surpris car, arrivant après une période de quarante ans sans événement équivalent, il a rompu une section de la zone de subduction que beaucoup pensaient asismique et inapte à produire de grandes ruptures. Le séisme chilien était lui attendu car situé dans une lacune sismique identifiée, mais la rupture a dépassé la limite des événements plus anciens. Au nord-est du Japon, la probabilité d'un séisme de magnitude 9 n'était pas prise en compte dans les plans d'exposition au risque uniquement fondés sur l'histoire sismique récente – des séismes de magnitude inférieure à 8 – trop parcellaire. Il faut probablement remonter en l'an 869 pour trouver un événement équivalent à celui de 2011. L'évaluation était aussi altérée par une vision physique des zones de subduction qui considérait qu'elles ne pouvaient pas rompre en un seul événement depuis 40-50 kilomètres de profondeur jusqu'à la fosse. Il semble donc que les séismes géants de subduction puissent traverser les barrières standards. Ces séismes seraient moins fréquents que ceux dus au fonctionnement « routinier » de la subduction et relâcheraient les contraintes accumulées sur des périodes plus longues (de centaines à un millier d'années).

Si l'on s'attache à une vision globale donnée par la connaissance de tous les événements au plan mondial (fig. 2), ainsi qu'à la morphologie générale des zones de subduction, on ne peut plus maintenant exclure la possibilité de séismes géants sur aucune des zones de subduction du glob [...]

Carte des grands séismes et tsunamis (depuis 1600)

Carte des grands séismes et tsunamis (depuis 1600)

Dessin

Hormis le séisme de 2004 à Sumatra, les tsunamis géants des cent dernières années sont pour la plupart dus à des séismes de magnitude 9 sur une des zones de subduction péripacifique. Les vitesses tectoniques y accumulent la déformation élastique à un taux compris entre 5 et 10 mètres... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, Institut de physique du globe de Paris

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Robin LACASSIN, « TSUNAMIS ET SÉISMES DE SUBDUCTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tsunamis-et-seismes-de-subduction/