TSIMSHIAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Indiens de la côte Pacifique du nord-ouest de l'Amérique du Nord (Colombie-Britannique), les Tsimshian étaient divisés en quatorze tribus établies dans l'une des plus riches régions de la côte. Leurs villages d'hiver étaient composés de grandes maisons de planches et plusieurs familles alliées vivaient dans une même demeure. Le chef et sa famille occupaient le fond de celle-ci, les autres individus étaient logés suivant leur rang. Tous les habitants s'ingéniaient à apporter à la belle saison le plus de nourriture possible dans la maison, car l'hiver était consacré à la vie sociale et cérémonielle. Ces maisons étaient le symbole de la richesse de leur propriétaire. Au printemps, ils quittaient le village pour aller pêcher le poisson-chandelle ; ils échangeaient avec les Tlingit et les Haïda la graisse qu'ils tiraient en abondance de cette provende contre de grands canoës faits dans des troncs d'arbre, contre du tabac et contre des plaques de cuivre. Plus tard, ils pêchaient le flétan et le saumon dont ils devaient se nourrir à la mauvaise saison, tandis que les femmes allaient cueillir des baies et des fruits.

Chaque tribu était divisée en quatre clans exogamiques matrilinéaires : les clans du loup, de l'aigle, du poisson et du corbeau. Tous les membres d'un clan se considéraient comme des parents et occupaient un rang déterminé les uns par rapport aux autres, depuis le chef jusqu'au plus pauvre. Cette hiérarchie entraînait divers styles de comportement, dont l'observance prenait la valeur d'une étiquette. Tous les membres du clan possédaient en commun certains terrains de pêche, des maisons, des campements et divers traits spécifiques portant sur des noms ou des titres cérémoniels, des noms de maison, des danses, des chansons et des emblèmes.

Dans le système matrilinéaire en vigueur chez les Tsimshian, les garçons étaient élevés par leurs parents jusqu'à l'âge de dix ans, puis ils allaient vivre chez leur oncle maternel dont ils devaient hériter.

Le potlatch était particulièrement fréque [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  TSIMSHIAN  » est également traité dans :

MASQUES - Le masque en Amérique

  • Écrit par 
  • Christian DUVERGER
  •  • 3 653 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ethnologie du masque en Amérique »  : […] Si le masque-instrument de transfiguration n'a apparemment connu qu'une modeste implication rituelle ou festive dans l'univers précolombien, il est, en revanche, largement répandu actuellement dans les communautés indigènes d'Amérique. De l'Alaska à la Terre de Feu, la quasi-totalité des groupes ethniques utilisent des masques lors de fêtes coutumières et traditionnelles. La plus grande variété p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/masques-le-masque-en-amerique/#i_38118

MYTHE - Approche ethnosociologique

  • Écrit par 
  • Pierre SMITH
  •  • 3 708 mots

Dans le chapitre « Les mythes étudiés en eux-mêmes »  : […] Bien qu'il se situe en dehors du domaine strict de l'ethnologie, Georges Dumézil doit être considéré comme le précurseur de l'analyse structurale des mythes ; dans ses travaux sur les mythes et l'idéologie des divers peuples indo-européens de l'Antiquité, il découvre comment la confrontation de plusieurs mythes permet de dégager des structures qui leur sont communes. Elles consistent en certains […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-approche-ethnosociologique/#i_38118

Pour citer l’article

Agnès LEHUEN, « TSIMSHIAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tsimshian/