TRISTIA, Ossip MandelstamFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une poésie conjuratoire

La poésie et la pensée de Mandelstam se déploient au risque de ce danger radical : la perte du verbe. Seule la parole poétique, affrontant le déchaînement toujours possible des « ennemis du mot », est capable de venir combler les béances ouvertes par le temps. Comme toute grande poésie, les vers de Tristia sont, par nature, conjuratoires. Ils énoncent, avant même les textes théoriques du début des années 1920 (« Le mot et la culture », 1921), l'impératif catégorique de Mandelstam : toute grande œuvre est forcément déjà en avant de nous et de notre temps, puisqu'elle est de l'ordre du devoir-être et non de l'ordre du fait historique. Le poète confie alors au mot la mission de réinventer un monde humanisé, un séjour qui soit authentiquement nôtre, et où puisse se lever l'esprit qui dort au fond des choses.

Cette tâche, les vers de Tristia l'assument magistralement, grâce à leur voix à la fois solennelle, familière et blessée. Ils allient dans un grand mouvement de synthèse la Grèce et la Russie, la Toscane et Moscou, Hélène et Lia, les temps de la légende et ceux de l'histoire. Complexes, souvent obscurs, hiératiques dans leur régularité métrique, ils construisent un espace poétique et musical où la syntaxe ouverte, la modalisation aléatoire creusent une ambiguïté sémantique riche de significations. S'y édifie, à la frontière de l'ombre et du chaos, le rapport intelligible de l'homme et du temps, et s'y réaffirme la fonction sacrée du mot poétique. Ce sont aussi ces vers qui font de Mandelstam le grand poète qui, des années plus tard, recru d'épreuves et d'angoisses, écrira les « Vers arméniens » puis les « Cahiers de Voronèje », avant de « mourir en scrutant le destin ».


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École nationale supérieure de Sèvres, maître de conférences honoraire à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  TRISTIA, Ossip Mandelstam  » est également traité dans :

MANDELSTAM OSSIP EMILIEVITCH (1891-1938)

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER
  •  • 1 355 mots

Dans le chapitre « Après la révolution »  : […] D'abord hostile au coup d'État d'octobre 1917, Mandelstam est cependant sensible à la dimension historique de la révolution et se résigne à « l'immense, maladroit et grinçant coup de barre ». Chassé de Moscou par la guerre civile, il passe les années 1919 et 1920 à Kiev, en Crimée et en Géorgie. Cet exil lui inspire le titre, les thèmes et la tonalité générale du recueil Tristia (1922), qui illu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hélène HENRY, « TRISTIA, Ossip Mandelstam - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tristia/