ESTANGUET TONY (1978- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Canoéiste français, spécialiste du slalom. Tony Estanguet fut désigné porte-drapeau de la délégation française aux jeux Olympiques de Pékin en 2008, en raison de ses succès sportifs, mais aussi pour ses qualités humaines : « gendre idéal du sport français », selon la formule de Philippe Bana, directeur technique national du handball qui contribua à sa nomination aux dépens de l'escrimeuse Laura Flessel, Tony Estanguet est en effet un champion consensuel, un homme fiable, réfléchi, discret. Malgré son échec olympique à Pékin (élimination en demi-finale), Tony Estanguet n'a jamais mis en avant cette responsabilité – n'oublions pas que le relais de la flamme olympique à Paris avait été plus que perturbé par les militants des droits de l'homme – pour justifier sa contre-performance. Au contraire : « Être porte-drapeau m'a offert plus qu'un triplé olympique. [...] Ce fut vibrant, palpitant, émouvant, généreux, individuel et collectif, et, surtout, humaniste, empreint de respect, de solidarité, de fair-play, de fraternité... », déclarera-t-il après avoir analysé son échec sportif.

Tony Estanguet est né le 6 mai 1978 à Pau. Il s'initie au canoë-kayak de rivière dès l'âge de sept ans, dans le sillage de son père, Henri, ancien kayakiste de descente, en compagnie de son frère aîné de six ans, Patrice, qui sera médaillé de bronze en canoë monoplace (C1) aux jeux Olympiques d'Atlanta en 1996. Il débute par le kayak, parcourant les méandres tortueux de la rivière Noguera, à Sort, dans les Pyrénées espagnoles. Il apprend là, notamment, la technique de l'esquimautage (la figure qui permet de remettre à flot une embarcation qui s'est retournée). À treize ans, Patrice lui propose de délaisser le kayak pour le canoë, un bateau plus instable qui demande d'être toujours dans le rythme de l'eau. Avec les conseils de son frère, il progresse rapidement et participe aux Championnats du monde dès 1997. L'année suivante, aux Championnats du monde de Seo de Ur [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification


Autres références

«  ESTANGUET TONY (1978- )  » est également traité dans :

LONDRES (JEUX OLYMPIQUES DE) [2012] - Chronologie

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 7 965 mots

Dans le chapitre « 31 juillet »  : […] Tony Estanguet, déterminé, précis et rapide, maîtrise la rivière tourmentée tracée dans le Lee Valley White Water Centre : il remporte le slalom, en canoë monoplace, devant le jeune Allemand Sideris Tasiadis et son éternel rival, le Slovaque Michal Martikán. Déjà titré en 2000 et en 2004, il devient le premier Français médaillé d'or dans trois éditions différentes des Jeux. Le concours complet équ […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « ESTANGUET TONY (1978- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tony-estanguet/