SAILER TONI (1935-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'issue d'une carrière expresse ponctuée par un fabuleux triptyque aux jeux Olympiques d'hiver de Cortina d'Ampezzo en 1956, « Toni » Sailer est devenu une légende du ski alpin et un héros national pour l'Autriche. Le style novateur de ce glisseur hors pair, alliant élégance et risque, et son triple triomphe ont ouvert la voie à plusieurs générations de champions, au premier rang desquels Jean-Claude Killy, qui rééditera l'exploit de l'Autrichien aux Jeux de Grenoble en 1968. En 1999, Sailer a été élu « sportif autrichien du xxe siècle ».

Toni Sailer

Toni Sailer

Photographie

En 1956, à Cortina d'Ampezzo (Italie), le skieur autrichien Toni Sailer réussit l'exploit de remporter les trois médailles d'or des disciplines alpines (slalom géant, slalom spécial, descente). 

Crédits : Allsport/ Getty

Afficher

Anton Engelbert Sailer, fils d'un ferblantier, est né le 17 novembre 1935 à Kitzbühel. Il chausse ses premières spatules à l'âge de deux ans. Adolescent, il dévale les pentes de la célèbre station de manière quasi instinctive. Son ski se veut dynamique, il semble se jouer du relief et met déjà au point la méthode flexion-extension qui deviendra sa griffe et lui permettra de dominer avec aisance des concurrents à la technique par comparaison besogneuse.

En 1955, Toni Sailer intègre l'équipe nationale. Cette année-là, sur la terrible piste du Lauberhorn de Wengen, en Suisse, ce Tyrolien charmeur et insouciant remporte la descente : tous ses coéquipiers sont impressionnés. Dès lors, rien n'arrêtera la marche en avant de ce champion athlétique – il courait le 100 mètres en 11 secondes – à la personnalité hors du commun.

En six jours, du 29 janvier au 3 février 1956, Toni Sailer va entrer dans la légende. À l'époque, en ski alpin, il semblait difficile de briller à la fois dans la discipline de vitesse (la descente) et dans les épreuves techniques (slalom spécial et slalom géant). Pourtant, l'« Éclair noir de Kitz », comme on le surnomme, ambitionne de s'adjuger les trois épreuves aux Jeux de Cortina d'Ampezzo. Le 29 janvier, sur la piste piégeuse d'Ilio-Colli, il terrasse ses compatriotes Anderl Molterer (deuxième à 6,2 s) et Walter Schuster (troisième à 7,1 s) dans le slalom géant. Le 31, sur la piste [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification


Autres références

«  SAILER TONI (1935-2009)  » est également traité dans :

CORTINA D'AMPEZZO (JEUX OLYMPIQUES DE) [1956] - Chronologie

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 1 774 mots

Dans le chapitre « 29 janvier »  : […] Sur la piste piégeuse d'Ilio-Colli, le jeune Autrichien de Kitzbühel « Toni » Sailer (vingt et un ans) remporte le slalom géant en dominant de toute sa classe ses compatriotes : Anderl Molterer est deuxième à 6,2 s, Walter Schuster troisième à 7,1 s. Le patineur de vitesse Boris Shilkov (U.R.S.S.) gagne le 5 000 mètres (7 min 48,7 s) en ridiculisant ses concurrents : le Suédois Sigvard Ericsson, d […] Lire la suite

CORTINA D'AMPEZZO (JEUX OLYMPIQUES DE) [1956] - Contexte, organisation, bilan

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 910 mots

Le 9 juin 1939, Cortina d'Ampezzo avait été désignée ville d'accueil des Jeux d'hiver de 1944, lesquels seront bien sûr annulés. La cité des Dolomites se trouve de nouveau en lice quand le C.I.O. tient sa quarante-troisième session, à Rome, du 24 au 30 avril 1949, l'ordre du jour étant consacré à l'élection des villes organisatrices des Jeux de 1956. Pour l'édition hivernale, Cortina d'Ampezzo es […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « SAILER TONI - (1935-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/toni-sailer/