TOMMY BOY RECORDS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le rédacteur en chef du magazine américain Dance Music Report, Tom Silverman, lance en 1981 le label discographique Tommy Boy Records dans son appartement new-yorkais de Manhattan, situé West 85th Street. Le producteur Arthur Baker aide la firme à se faire une place dans l'industrie du disque grâce aux tubes d'Afrika Bambaataa – Looking for the Perfect Beat (1982) et Planet Rock (1983) – dont les rythmes robotiques s'inspirent de groupes européens comme Kraftwerk. Les radios tardant à accepter ce nouveau style, la reconnaissance du hip-hop repose surtout sur la diffusion de 33-tours dans les boîtes de nuit. La vision précise qu'a Tommy Boy de son catalogue et de la promotion de ses artistes permet cependant à la firme d'obtenir quelques succès commerciaux avec des artistes originaux. Le groupe californien Digital Underground, dont le chanteur Shock-G apporte à son répertoire un goût de l'excentrique digne de George Clinton, connaît ainsi un grand succès radiophonique avec The Humpty Dance (1989). Il ouvre ainsi la voie à l'atmosphère chaleureuse et teintée d'humour créée par le trio De La Soul, rappeurs aux allures de hippies venus de Long Island, dont l'album 3 Feet High and Rising (1989) sample tout le répertoire pop et aura des retombées particulièrement importantes en Grande-Bretagne et en Europe continentale. En 1985, Warner Bros. Records achète 50 p. 100 des parts du label, mais celui-ci retrouve son indépendance en 2002, et devient Tommy Boy Entertainment LLC.

—  Charlie GILLETT, Universalis

Écrit par :

  • : présentateur pour la radio G.L.R. à Londres, directeur du label Oval Music à Londres, auteur

Classification

Pour citer l’article

Charlie GILLETT, « TOMMY BOY RECORDS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tommy-boy-records/