TIRSO DE MOLINA (1580 env.-1648)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aspects généraux du théâtre de Tirso

Ce théâtre qui constitue par ses dimensions et par sa richesse le cœur même de l'œuvre de Tirso ne nous est que partiellement parvenu. Sur les quatre cents pièces que Gabriel Téllez aurait écrites, on a conservé quelque quatre-vingts comedias, dont plus de cinquante sont incontestablement de sa main et bon nombre d'autres probablement de lui, sans compter cinq autos sacramentales dont la paternité n'est pas en cause. On ne saurait dire exactement quand Tirso commença à écrire pour la scène ni quand il s'arrêta. Il est sûr que, si sa condamnation par la junte de Réformation fut amèrement ressentie, elle ne mit pas un terme à sa production. Et si on ne peut situer avec la précision souhaitable les débuts du jeune moine de la Merci dans l'art dramatique, il ressort des documents que son nom n'était pas inconnu dans le monde théâtral autour de 1606. Les relations qu'il aurait nouées en 1604, à Tolède, avec Lope de Vega n'y seraient pas étrangères. De toute façon, Tirso adopta avec enthousiasme les idées que Lope avait déjà mises en pratique et imposées au public bien avant de les formuler dans son Art nouveau (1609) et qui envoyaient à tous les diables ces préceptes prétendus aristotéliciens que le romantisme ne devait balayer en France que beaucoup plus tard. Il suffit de voir les dates pour comprendre que Tirso, s'il n'innovait pas formellement par rapport à Lope, n'en était pas moins un des fondateurs et non pas un des vulgaires suiveurs de la nouvelle école. Et d'ailleurs, dans les Cigarrales, Tirso coucha à son tour sur le papier les idées de cette nouvelle école en des termes complémentaires de ceux de Lope.

Comme celles de Lope, les comedias de Tirso comportent trois actes d'un millier de vers environ. Comme celles de Lope, elles ne tiennent aucun compte des unités de lieu et de temps ; elles mêlent le tragique et le comique, la crudité et la préciosité, le profane et le sacré. Rien ne les distingue donc dans leur aspect extérieur. Mais chacun des deux poètes a son style propre, sa façon de construire les intrigues, de mener l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TIRSO DE MOLINA (1580 env.-1648)  » est également traité dans :

COMEDIA, Espagne

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 606 mots

Dans le chapitre « Sous Philippe III »  : […] Philippe III (1598-1621) n'aimait pas le théâtre ; il vivait éloigné de la ville. En son temps, la comédie, effrontée comme la nouvelle jeunesse, parlait l'amphigouri à la mode, mettait en scène des problèmes réels quotidiens, proposait des solutions et, sous ce couvert, des attitudes mentales et des comportements nouveaux parfois choquants. Le bon dramaturge donne aussi des leçons de bien-dire et […] Lire la suite

DOM JUAN, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un texte mythique »  : […] Avant Molière, Tirso de Molina en Espagne ( L'Abuseur de Séville , 1630 ) avait créé le mythe de Don Juan en utilisant une série de légendes populaires pour prouver que la Providence divine, pourtant largement disponible, ne pouvait être pervertie ni convoquée in extremis par un jeune homme trop confiant en son merveilleux pouvoir. En Italie, les acteurs de la commedia dell'arte s'en étaient empa […] Lire la suite

DON JUAN

  • Écrit par 
  • Michel BERVEILLER
  •  • 5 639 mots

Dans le chapitre « Tirso de Molina. Un drame édifiant »  : […] Cette histoire, le frère Gabriel (qui signait Tirso de Molina pour le théâtre) l'a-t-il inventée de toutes pièces ? Il est certain (cf. l'ouvrage capital de Gendarme de Bevotte) qu'il a mis à profit, en les fusionnant, des traits puisés à diverses sources littéraires et folkloriques. Il est beaucoup moins sûr qu'il ait transposé, comme on l'a suggéré, le visage et les aventures de quelque libertin […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le théâtre »  : […] Le théâtre espagnol est un phénomène qui, par son abondance, tient du monstrueux. Sa prosodie, essentiellement coulante, orale, propre à s'étendre de la naïveté à l'éloquence, a sans doute facilité cette étourdissante production. Ce théâtre a beaucoup gardé en lui du caractère familier de sa période primitive. Les actes et les sentiments y apparaissent sous leur forme élémentaire. Le thème de don […] Lire la suite

L'ABUSEUR DE SÉVILLE, Tirso de Molina - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 894 mots

Publiée en 1630, cette comedia, l'une des plus célèbres du théâtre espagnol du Siècle d'or, fut probablement composée avant 1620. L'attribution à Tirso de Molina (1580 env.-1648) demeure aujourd'hui encore incertaine. L'Abuseur de Séville s'inspire d'anciennes légendes et poèmes populaires, où apparaissent les motifs de l'insulte faite à une tête de mort, du banquet funèbre ou du galant volage. L […] Lire la suite

SIÈCLE D'OR (mise en scène C. Schiaretti)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 971 mots

Commencé en 1556 avec l'accession au trône de Philippe II qui hérite de son père Charles Quint un immense empire, le Siècle d'or espagnol s'achève en 1659 quand s'affirme la prédominance française en Europe. Il constitue l'une des périodes les plus importantes et les plus riches de l'histoire de la scène occidentale. Représenté à ciel ouvert sur des tréteaux dressés dans les corrales , ce théâtre […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre GUENOUN, « TIRSO DE MOLINA (1580 env.-1648) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tirso-de-molina/