Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MOORE THOMAS (1779-1852)

Poète irlandais, né le 28 mai 1779 à Dublin, mort le 25 février 1852 à Sloperton, dans le comté du Wiltshire (Angleterre).

Fils d'un négociant en vins catholique, Thomas Moore est diplômé du Trinity College de Dublin en 1799, puis il étudie le droit à Londres où il devient un ami proche de Lord Byron et de Percy Bysshe Shelley. Sa principale œuvre poétique, Irish Melodies (1807-1834, Mélodies irlandaises), lui assurera un revenu de 500 livres par an pendant un quart de siècle. On y trouve notamment les poèmes The Last Rose of Summer (La Dernière Rose de l'été) et The Origin of the Harp (L'Origine de la harpe). Ces Mélodies, qui comprennent 130 poèmes mis en musique par Thomas Moore et sir John Stevenson et interprétés pour l'aristocratie londonienne, suscitent de la sympathie à l'égard de la cause des nationalistes irlandais qui gagnent ainsi des soutiens et considèrent Moore comme un héros.

Grâce à Lalla Rookh : an Oriental Romance (1817, Lalla Roukh, ou la Princesse mogole), romance imprégnée de splendeur orientale (sur les conseils de Byron), Thomas Moore est aussi reconnu par ses contemporains que son ami Byron et sir Walter Scott. Ce poème est sans doute celui qui est le plus traduit à l'époque, et il est également celui pour lequel un éditeur anglais a déboursé la plus grosse somme (3 000 livres). Les nombreuses œuvres satiriques de Thomas Moore, à l'exemple de The Fudge Family in Paris (1818, La Famille Fudge à Paris), dépeignent les affaires et les mœurs de la période de la Régence anglaise.

En 1824, Moore accomplit l'un des actes les plus célèbres de la période romantique. Byron lui ayant confié ses mémoires manuscrits, lui et l'éditeur John Murray les brûlent, probablement pour protéger le défunt. Plus tard, Moore publie Letters and Journals of Lord Byron (1830, Mémoires de lord Byron), ouvrage dans lequel il inclut une biographie du poète. Fidèle à la cause catholique durant toute sa vie, Thomas Moore puisera dans ses convictions pour créer des œuvres remarquables, à l'image de sa parodie des révoltes paysannes, The Memoirs of Captain Rock (1824, Insurrections irlandaises depuis Henri II jusqu'à l'union, ou Les mémoires du capitaine Rock), et de sa courageuse biographie du chef révolutionnaire de la rébellion de 1798, The Life and Death of Lord Edward Fitzgerald (1831).

— Universalis

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

    • Écrit par Elisabeth ANGEL-PEREZ, Jacques DARRAS, Jean GATTÉGNO, Vanessa GUIGNERY, Christine JORDIS, Ann LECERCLE, Mario PRAZ
    • 28 170 mots
    • 30 médias
    Des poètes mineurs de la période romantique, Thomas Moore (1779-1852) eut une renommée supérieure à ses mérites grâce à ses contes inspirés par l'Orient (Lalla Rookh, 1817) et à ses Irish Melodies (1808-1834). L'Orient inspira aussi à Robert Southey (1774-1843) de longs poèmes qu'on...
  • BYRON GEORGE GORDON (1788-1824)

    • Écrit par François NATTER
    • 4 444 mots
    • 1 média
    ...née Gamba, très jeune épouse d'un barbon. Il fut son fidèle et conjugal cavalier servant jusqu'à son départ pour la Grèce en 1823. En octobre de cette même année, il donna à son ami le poète irlandaisThomas Moore le manuscrit de ses Mémoires jusqu'en 1816, l'autorisant à les publier après sa mort.

Voir aussi