MOORE THOMAS (1779-1852)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète irlandais, né le 28 mai 1779 à Dublin, mort le 25 février 1852 à Sloperton, dans le comté du Wiltshire (Angleterre).

Fils d'un négociant en vins catholique, Thomas Moore est diplômé du Trinity College de Dublin en 1799, puis il étudie le droit à Londres où il devient un ami proche de Lord Byron et de Percy Bysshe Shelley. Sa principale œuvre poétique, Irish Melodies (1807-1834, Mélodies irlandaises), lui assurera un revenu de 500 livres par an pendant un quart de siècle. On y trouve notamment les poèmes The Last Rose of Summer (La Dernière Rose de l'été) et The Origin of the Harp (L'Origine de la harpe). Ces Mélodies, qui comprennent 130 poèmes mis en musique par Thomas Moore et sir John Stevenson et interprétés pour l'aristocratie londonienne, suscitent de la sympathie à l'égard de la cause des nationalistes irlandais qui gagnent ainsi des soutiens et considèrent Moore comme un héros.

Grâce à Lalla Rookh : an Oriental Romance (1817, Lalla Roukh, ou la Princesse mogole), romance imprégnée de splendeur orientale (sur les conseils de Byron), Thomas Moore est aussi reconnu par ses contemporains que son ami Byron et sir Walter Scott. Ce poème est sans doute celui qui est le plus traduit à l'époque, et il est également celui pour lequel un éditeur anglais a déboursé la plus grosse somme (3 000 livres). Les nombreuses œuvres satiriques de Thomas Moore, à l'exemple de The Fudge Family in Paris (1818, La Famille Fudge à Paris), dépeignent les affaires et les mœurs de la période de la Régence anglaise.

En 1824, Moore accomplit l'un des actes les plus célèbres de la période romantique. Byron lui ayant confié ses mémoires manuscrits, lui et l'éditeur John Murray les brûlent, probablement pour protéger le défunt. Plus tard, Moore publie Letters and Journals of Lord Byron (1830, Mémoires de lord Byron), ouvrage dans lequel il inclut une biographie du poète. Fidèle à la cause catholique durant toute sa vie, Thomas Moore puisera dans ses convictions pour créer des œuvres remarquables, à l'image de sa parodie des révoltes paysannes, The Memoirs of Captain Rock (1824, Insurrections irlandaises depuis Henri II jusqu'à l'union, ou Les mémoires du capitaine Rock), et de sa courageuse biographie du chef révolutionnaire de la rébellion de 1798, The Life and Death of Lord Edward Fitzgerald (1831).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  MOORE THOMAS (1779-1852)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Les générations romantiques »  : […] L'œuvre des romantiques contient également un message éthique. Le retour aux traditions nationales, au peuple et à la nature annoncé dans le programme des Lyrical Ballads (1798) de William Wordsworth (1770-1850) et Samuel Taylor Coleridge (1772-1834) – dénommés lakistes à cause de la région des Lacs, dans le Cumberland, où ils résidèrent – est un phénomène apparenté au reno […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_5943

BYRON GEORGE GORDON (1788-1824)

  • Écrit par 
  • François NATTER
  •  • 4 462 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Italie »  : […] Ayant quitté la Suisse en octobre, le poète arriva à Venise le 11 novembre. Il y vécut deux années d'amours faciles, illustrées notamment par Mariana Segati, la femme de son propriétaire, et Margarita Cogni, la « Fornarina », épouse de son boulanger. Cette période fut littérairement très féconde : le quatrième chant de Childe Harold et Beppo paraissent a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-gordon-byron/#i_5943

Pour citer l’article

« MOORE THOMAS - (1779-1852) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-moore/