FIKRET TEVFIK (1867-1915)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète turc, né le 24 décembre 1867 à Istanbul (Empire ottoman), mort le 18 août 1915 à Istanbul.

Fils d'un fonctionnaire de l'État ottoman, Tevfik Fikret, de son vrai nom Mehmet Tevfik, également connu sous le pseudonyme de Tevfik Nazmi, fréquente le lycée de Galatasaray, dont il sera un jour le proviseur. À partir de 1896, alors jeune écrivain, il anime la revue d'avant-garde Servet-i Fünun (Le Trésor des sciences). Au sein d'un groupe réunissant les auteurs les plus prometteurs du moment, il y publie des œuvres en turc ainsi que des traductions de poèmes et de récits européens (en particulier français). Mais la parution s'interrompt en 1901, temporairement interdite par la censure, et ne retrouvera jamais de second souffle.

Désireux de fonder une littérature nouvelle, Tevfik Fikret et ses contemporains cultivent un style souvent obscur, constellé de formes arabes et persanes inaccessibles au profane. Fortement influencé par les poètes symbolistes français, Fikret s'efforce d'adapter la poésie turque à la thématique et à la métrique occidentale. Épris de liberté, il se braque contre le pouvoir en place qu'il juge oppressif et finit par accepter un poste d'enseignant au Robert College, qui est alors une institution américaine. Il se fixera ensuite dans sa demeure du Bosphore, pour y consacrer le reste de ses jours à l'écriture poétique et à l'enseignement. Il est aujourd'hui considéré comme le fondateur de l'école de poésie turque moderne.

Ses œuvres majeures comptent deux recueils de poèmes : Rübab-i ikeste (1896, « Le Saz brisé ») et Haluk'un Defteri (1911, « Le Carnet de Haluk »). Le second est dédié à son fils. Son célèbre pamphlet contre le pouvoir en place Sis (« Brouillard ») paraît en 1902.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  FIKRET TEVFIK (1867-1915)  » est également traité dans :

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 40 595 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La littérature nouvelle »  : […] La littérature des Tanzimat fut suivie entre 1896 et 1901 par ce qu'on désignera du terme de Edebiyat -i Cedide , ou « littérature nouvelle ». Celle-ci regroupa dans la revue Servet-i Fünûn ( Le Trésor des sciences ) des écrivains qui concrétis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turquie/#i_42432

Pour citer l’article

« FIKRET TEVFIK - (1867-1915) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tevfik-fikret/