TEKERLĪ ou TAKIRLĪ FU'ĀD AL- (1927- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nouvelliste iraquien. Comme son ami Nūrī ‘Abd al-Malik, Fu'ād al-Takirlī (Tekerlī) fit ses études à l'université américaine de Beyrouth avant de faire carrière dans la magistrature. Ses écrivains favoris sont Sartre, Dostoïevski et Tchekhov. Au cours des années 1950, il se révéla en publiant des nouvelles dominées par les problèmes d'actualité politique et sociale : La Lanterne éteinte ; Les Autres ; À voix basse ; Soir d'automne. Ses nouvelles ont été groupées et publiées dans deux volumes : L'Autre Visage (Al-Wajh al-ākhar, 1960) et Recueil de nouvelles (Qiṣaṣ Mukhtārah, 1961). Dans ces ouvrages d'un ton original et sans pitié, Takirlī peint avec un réalisme farouche et une minutie cauchemardesque la vie misérable du peuple, dénonce les mœurs iraquiennes accusées d'être arriérées, récuse les traditions et les valeurs islamiques. Mais cette révolte ne va pas sans déchirement. Il se dégage des nouvelles de Takirlī un sentiment d'angoisse et une immense tristesse : lumière toujours grise, paysage désert, maisons humides et puantes, thèmes de l'échec, de la maladie et de la mort. Et le caractère terne de leurs existences est encore accru par le langage sans éclat des personnages. En 1963, Takirlī publie Les Voix de l'aube (Ar-Radj’al-ba’īd), vaste fresque où, à travers le portrait d'une famille, il évoque Bagdad alors que le régime du général Kassem va s'effondrer. Roman important, aussi bien par ses descriptions à caractère social que par la fidélité avec laquelle l'auteur restitue, dans leur langage, les particularismes dialectaux de ses personnages.

—  Sayed Attia ABUL NAGA

Écrit par :

  • : docteur ès lettres (Sorbonne), agrégé de l'Université, interprète à l'O.N.U., Genève

Classification

Pour citer l’article

Sayed Attia ABUL NAGA, « TEKERLĪ ou TAKIRLĪ FU'ĀD AL- (1927- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tekerli-takirli/