CHEVTCHENKO TARASS GRIGORIEVITCH (1814-1861)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète « naïf » et révolutionnaire

Il veut donc une Ukraine indépendante. Il appelle sans relâche le peuple à s'unir, à lutter : « Levez-vous... Fraternisez... Brisez vos chaînes... Aiguisez la hache... » Ces expressions reviennent constamment. Il sait que la liberté n'est jamais octroyée, qu'elle doit être conquise par le peuple. Et ce peuple, il l'aime, c'est sa passion, son espoir. Mais il n'est pas sans clairvoyance à son égard, pas sans impatience non plus ; il va jusqu'à le traiter de lâche, d'imbécile, vautré qu'il est dans la mare de l'esclavage.

S'il hait tous les tyrans, c'est au tsar de Russie que va sa plus forte haine, pour lui sont ses plus violentes invectives. Il n'épargne pas non plus les seigneurs ukrainiens, plus attachés à leurs biens, à leurs privilèges qu'à leur pays. L'Église aussi est un ennemi. Elle est l'alliée des puissants, elle trompe le peuple. À l'égard de Dieu, les sentiments de Chevtchenko ne sont pas simples. Il refuse le dieu de l'Église ; son Dieu est plutôt celui de Hugo. Il est bon, mais comment laisse-t-il commettre de pareils crimes ? Est-il aveugle, ignorant, impuissant ? A-t-il partie liée avec les seigneurs ? En tout cas, il ne faut pas s'en remettre à lui, il faut agir.

Récits, évocations, appels à l'action, recommandations, confidences, les poèmes de Chevtchenko sont des rêves éveillés. Il n'y a pas plus rêveur que cet homme d'action. Est-ce lui qui rêve ? Est-ce l'Ukraine ? Est-ce le Dniepr ? On serait tenté de dire que cet homme rêve assez fort pour être la voix même de sa terre et de son peuple.

... Et de moi-même à moi si grande est la distance Que je ne comprends plus ce que dit l'innocence.

Ces vers d'Alfred de Vigny sont le négatif de Chevtchenko : de lui-même à lui, il n'y a pas de distance ; quel poète a plus d'« innocence » ? Pas de distance non plus entre son peuple et lui, entre lui et sa parole. Pas d'humour entre lui et lui ; de l'ironie, certes, mais à l'égard des puissants.

Il croit entièrement, sans la moindre réserve, en ce qu'il est, en ce qu'il pense. En ce sens, Chevtchenko est ce poète « naïf » dont rêvai [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHEVTCHENKO TARASS GRIGORIEVITCH (1814-1861)  » est également traité dans :

UKRAINE

  • Écrit par 
  • Annie DAUBENTON, 
  • Iryna DMYTRYCHYN, 
  • Lubomyr A. HAJDA, 
  • Georges LUCIANI, 
  • Yann RICHARD
  •  • 37 641 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Taras Chevtchenko »  : […] Une place particulière doit être réservée au grand écrivain national de l'Ukraine, Taras Chevtchenko (1814-1861), peintre et poète, patriote passionné, démocrate convaincu, ennemi acharné du tsarisme et du servage, et génial porte-parole de son peuple opprimé. Né serf dans un village du district de Zvenigorod, il manifesta très tôt des dons exceptionnels de dessinateur. Orphelin à onze ans, il fu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Eugène GUILLEVIC, « CHEVTCHENKO TARASS GRIGORIEVITCH - (1814-1861) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 août 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tarass-grigorievitch-chevtchenko/