BUNCHŌ TANI (1764-1840)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les œuvres monumentales

De cette expérience sont nées des œuvres dont la diversité peut surprendre. Le Honchō Gasan ou le Shukō Jisshu, œuvres monumentales de compilation sur l'art du passé en Chine et au Japon, le Kōyo Tanshō, série de paysages réalistes vus dans une perspective d'une exactitude scientifique, les deux rouleaux supplémentaires du Ishiyama-dera Engi, de style purement yamato-e, montrent son génie d'assimilation. Mais sa grande ambition fut d'unifier, dans une forme nouvelle, les deux tendances fondamentales de la peinture chinoise : le style académique de l'école du Nord et celui de l'école du Sud ou des peintres lettrés.

La diversité de son œuvre rend l'analyse de son style plus difficile encore. Cependant, on peut avancer qu'à une écriture minutieuse, précise et soignée, qui caractérise les peintures de sa jeunesse et de sa maturité, succéda un style plus relâché, brusque et d'un métier moins raffiné. S'il fut d'abord très attiré par l'école du Sud, il se rapprocha de plus en plus par la suite de l'école du Nord avec laquelle il semble avoir plus d'affinité. Excellent technicien, peintre de grand talent, il lui manqua la force et la vigueur des maîtres du passé. N'ayant pas leur génie, ses œuvres restent d'excellentes copies ; fidèles par l'atmosphère, elles manquent de souffle créateur.

Ses contemporains prisèrent sa peinture au point de l'appeler le nouveau Tanyū ou de le comparer aux grands maîtres de l'époque Ming. Peintre très sollicité par les milieux officiels du shōgunat, il connut de son vivant la gloire et la fortune. Maître écouté, il eut d'innombrables élèves. Mais, malgré son talent incontestable et sa faculté étonnante d'assimilation, il ne parvint ni à réaliser une véritable synthèse de tous les apports dont son art était fait, ni à fonder une véritable école.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : conservateur des collections Japon, Chine et Corée aux Musées royaux d'art et d'histoire, Bruxelles, gestionnaire des musées d'Extrême-Orient

Classification


Autres références

«  BUNCHO TANI (1764-1840)  » est également traité dans :

HOKUSAI KATSUSHIKA (1760-1849)

  • Écrit par 
  • Chantal KOZYREFF
  • , Universalis
  •  • 1 419 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une vie solitaire et orgueilleuse »  : […] Né en 1760 à Edo sous le nom de Tokitarō, Katsushika Hokusai exerça différents métiers avant d'entrer, à dix-neuf ans, dans l'atelier de Katsukawa Shunshō (1726-1792), l'un des maîtres les plus célèbres de son temps et spécialisé dans les portraits de comédiens. Il y réalisa ses premières estampes en couleurs sous le nom de Shunrō. Il quitta cet atelier quinze ans plus tard parce que, semble-t-il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hokusai/#i_11948

KAZAN WATANABE (1793-1841)

  • Écrit par 
  • Chantal KOZYREFF
  •  • 1 289 mots

Dans le chapitre « Peintre traditionaliste et dessinateur original »  : […] D'origine chinoise, l'école Nanga, après avoir atteint son épanouissement dans le Kansai (région de Kyōto-Ōsaka) au xviii e  siècle, n'avait conquis Edo qu'avec un retard considérable, et ce grâce à Tani Bunchō (1764-1840). Ce dernier lui donna, en fait, une empreinte spéciale faite d'éclectisme : aux traditions Nanga, il mêla les techniques nati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/watanabe-kazan/#i_11948

Pour citer l’article

Chantal KOZYREFF, « BUNCHŌ TANI - (1764-1840) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tani-buncho/