Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BUNCHŌ TANI (1764-1840)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Les œuvres monumentales

De cette expérience sont nées des œuvres dont la diversité peut surprendre. Le Honchō Gasan ou le Shukō Jisshu, œuvres monumentales de compilation sur l'art du passé en Chine et au Japon, le Kōyo Tanshō, série de paysages réalistes vus dans une perspective d'une exactitude scientifique, les deux rouleaux supplémentaires du Ishiyama-dera Engi, de style purement yamato-e, montrent son génie d'assimilation. Mais sa grande ambition fut d'unifier, dans une forme nouvelle, les deux tendances fondamentales de la peinture chinoise : le style académique de l'école du Nord et celui de l'école du Sud ou des peintres lettrés.

La diversité de son œuvre rend l'analyse de son style plus difficile encore. Cependant, on peut avancer qu'à une écriture minutieuse, précise et soignée, qui caractérise les peintures de sa jeunesse et de sa maturité, succéda un style plus relâché, brusque et d'un métier moins raffiné. S'il fut d'abord très attiré par l'école du Sud, il se rapprocha de plus en plus par la suite de l'école du Nord avec laquelle il semble avoir plus d'affinité. Excellent technicien, peintre de grand talent, il lui manqua la force et la vigueur des maîtres du passé. N'ayant pas leur génie, ses œuvres restent d'excellentes copies ; fidèles par l'atmosphère, elles manquent de souffle créateur.

Ses contemporains prisèrent sa peinture au point de l'appeler le nouveau Tanyū ou de le comparer aux grands maîtres de l'époque Ming. Peintre très sollicité par les milieux officiels du shōgunat, il connut de son vivant la gloire et la fortune. Maître écouté, il eut d'innombrables élèves. Mais, malgré son talent incontestable et sa faculté étonnante d'assimilation, il ne parvint ni à réaliser une véritable synthèse de tous les apports dont son art était fait, ni à fonder une véritable école.

— Chantal KOZYREFF

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : conservatrice des collections Japon, Chine et Corée aux Musées royaux d'art et d'histoire, Bruxelles, gestionnaire des musées d'Extrême-Orient

Classification

Pour citer cet article

Chantal KOZYREFF. BUNCHŌ TANI (1764-1840) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • HOKUSAI KATSUSHIKA (1760-1849)

    • Écrit par et
    • 1 406 mots
    • 2 médias
    ...romans de Santō Kyōden et de Kyokutei Bakin et par ses surimono(estampes de vœux, de faire-part, etc.) sous le nom de Sōri. Si grande était déjà sa réputation en ce début du xixesiècle qu'il fut convié par le shōgun à participer à un concours de peinture avecTani Bunchō (1764-1840).
  • KAZAN WATANABE (1793-1841)

    • Écrit par
    • 1 291 mots
    ...épanouissement dans le Kansai (région de Kyōto-Ōsaka) au xviiie siècle, n'avait conquis Edo qu'avec un retard considérable, et ce grâce à Tani Bunchō (1764-1840). Ce dernier lui donna, en fait, une empreinte spéciale faite d'éclectisme : aux traditions Nanga, il mêla les techniques nationales...