TANDIS QUE J'AGONISE, William FaulknerFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

William Faulkner (1897-1962) commença Tandis que j'agonise en octobre 1929, alors que Le Bruit et la fureur venait juste de paraître. Lorsqu'on l'interrogeait sur ce roman, il répondait invariablement que c'était un « tour de force » et prétendait l'avoir écrit en six semaines, sans la moindre retouche. À vrai dire, il lui en fallut dix, mais l'exploit n'en demeure pas moins époustouflant. Tandis que j'agonise a la beauté d'un exercice de haute voltige parfaitement exécuté. De tous les romans de Faulkner, c'est peut-être le mieux enlevé, celui où la virtuosité de son art s'affirme de la manière la plus éblouissante.

William Faulkner

William Faulkner

photographie

«Tout dire en une phrase», telle fut l'ambition du romancier américain William Faulkner (1897-1962), dont l'invention stylistique fut saluée en 1949 par le prix Nobel de littérature. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Comme Le Bruit et la fureur, Tandis que j'agonise est un roman polyphonique, mais le récit y est bien plus fragmenté : cinquante-neuf monologues intérieurs (à chaque fois précédés, comme dans une pièce de théâtre, d'un prénom ou d'un patronyme) s'y répartissent entre quinze narrateurs. À chaque section, une autre voix se fait entendre, le point de vue ne cesse de se déplacer, et à ces brisures de la narration viennent s'ajouter de fréquentes ruptures de ton et de style. Au mépris de tout réalisme, Faulkner n'hésite pas à mêler au parler patoisant de ces « pauvres Blancs » les savantes arabesques de sa rhétorique baroque. Ce roman tout en dissonances nous offre à la fois une comédie et son envers, une tragédie et sa dérision, une épopée et sa parodie.

Le deuil sied aux Bundren

Présente-absente au cœur du livre, la farouche figure d'Addie Bundren, une paysanne des collines du Mississippi qui vient de mourir et dont la famille s'est mise en devoir de transporter le cadavre sur une charrette jusqu'au lointain cimetière de Jefferson, où elle souhaitait être enterrée. Toute l'action du roman gravite autour de cette dépouille sans sépulture : les multiples péripéties de la folle équipée des Bundren procèdent toutes des énormes difficultés qu'ils rencontrent dans l'accomplissement de leur tâche funèbre. Des pluies torrentielles, une rivière en crue à t [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

André BLEIKASTEN, « TANDIS QUE J'AGONISE, William Faulkner - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tandis-que-j-agonise/