TAMIER ou HERBE AUX FEMMES BATTUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parent des ignames tropicales et comme elles pourvu d'un énorme tubercule toxique à l'état cru, le tamier (Tamus communis L. dioscoréacées) doit son nom populaire d'« herbe aux femmes battues » à l'usage très ancien de cette souche sur les meurtrissures. Seule partie usitée, la racine, riche en amidon et en mucilage, est littéralement farcie de cristaux d'oxalate de calcium en aiguille, capables de produire sur l'épiderme une révulsion d'origine mécanique. Toute la plante est âcre et irritante. L'ingestion accidentelle des baies rouges cause des inflammations des voies digestives et urinaires, des vomissements, des coliques avec diarrhée, des troubles nerveux, cardiaques et respiratoires. Des séquelles rénales sont à craindre. Il y aurait eu des accidents mortels chez les enfants. Autant dire que l'emploi ancien du tamier « à l'intérieur », comme vomitif, purgatif, diurétique, expectorant, est à proscrire (les jeunes pousses, cuites et mangées à la façon des asperges, étaient conseillées dans l'hypertrophie de la rate par les guérisseurs du nord de la France). Dans l'usage externe, la racine, cuite et appliquée en cataplasme, est un antiecchymotique efficace, résolvant rapidement les contusions, les meurtrissures sans plaie. Sa décoction en compresses est particulièrement utile pour effacer l'« œil au beurre noir » (Artault de Vevey, 1915) ; mais il faut prendre garde de ne pas irriter l'œil lui-même. Râpée, lavée à plusieurs eaux et bouillie, la racine donnerait une fécule nourrissante analogue à celle des ignames. La forte teneur en oxalates, la présence possible d'acide oxalique commandent pour le moins la prudence.

—  Pierre LIEUTAGHI

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TAMIER ou HERBE AUX FEMMES BATTUES  » est également traité dans :

DIOSCORÉALES

  • Écrit par 
  • Jacques MIÈGE
  •  • 2 217 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Étude d'un type : le tamier »  : […] Le tamier ( Tamus communis ) est une liane dont la tige volubile s'élève à 3 - 4 mètres dans les haies, les bois et leurs lisières. Plante grimpante sans vrille, elle s'accroche grâce à un mouvement révolutif (circumnutation) qui s'effectue toujours dans le sens des aiguilles d'une montre. Les feuilles sont alternes, cordiformes, acuminées avec une nervation en réseau issue de trois à neuf nervure […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LIEUTAGHI, « TAMIER ou HERBE AUX FEMMES BATTUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tamier-herbe-aux-femmes-battues/