SONNETS, William ShakespeareFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une critique du modèle néo-platonicien

S'il est impossible de faire une lecture narrative ou autobiographique totalement satisfaisante du recueil, on peut dégager un axe de lecture symbolique qui renvoie à deux des grandes problématiques du théâtre de Shakespeare : l'impuissance du langage à dire le vrai, et la dichotomie entre l'apparence et l'essence, qui sonne le glas du mythe néo-platonicien. En effet, l'amour pour le jeune homme est exprimé dans la première section comme un amour néo-platonicien pour un objet supposé incarner l'union, au cœur de la triade platonicienne, du beau, du bon et du vrai. Les sonnets montrent alors la faillite d'une approche qui prétendrait postuler la fusion de l'ontologie, de l'éthique et de l'esthétique : comme Troilus dans Troilus and Cressida (1602) lorsqu'il est confronté à la trahison de Cressida, le poète doit apprendre à dissocier apparence et essence en réformant son regard ; la duplicité et l'hypocrisie du jeune homme font éclater l'union idéale tant désirée. La chute hors de la grâce entraîne l'éthique et l'ontologie tout entières, plongeant le poète dans la confusion et le mensonge, mais aussi dans un relativisme qui finit par faire de lui un législateur aux pouvoirs démiurgiques, tout puissant dans son nouveau ciel : « Je suis ce que je suis, et qui montre du doigt/ Mes défauts fait état de tous ceux qui l'infestent :/ Car je peux, s'il est tors, être moi-même droit ;/ Ses vils pensers ne sont le miroir de mes gestes,/ À moins de soutenir ce défaut général/ Que tout homme est mauvais, et règne dans son mal » (sonnet 121). La seconde section ne représente que l'aboutissement de ce processus, avec l'affirmation par le locuteur de sa liberté de créer un nouveau système éthique. Ce système est alors fondé sur le renversement des valeurs conventionnelles de la vérité et du bien, puisqu'il place au sommet l'incarnation de la laideur (à travers la femme « brune » dont les caractéristiques physiques s'opposent radicalement aux canons esthétiques) et du péché : « Car je te jurai belle, et claire te pus croire,/ Toi, sombre comme enfer, et comme la nuit noire » (sonnet 147).

Tout en portant l'art du sonnet à un degré de perfection jamais atteint jusque-là – en généralisant notamment l'utilisation du distique final, qui plus que le tercet ou le quatrain donne un tour épigrammatique au dénouement –, Shakespeare s'approprie les thèmes et les formes du néo-pétrarquisme pour leur donner un tour intensément personnel. Son recueil présente des méandres du sentiment amoureux une image d'une grande subtilité, où se dessine le portrait d'un homme pris entre les aspirations de l'idéal et les tourbillons du désir physique. Les Sonnets sont aussi un art poétique, d'où émerge une voix poétique originale et suprêmement moderne, dont la pertinence pour la compréhension de son théâtre est évidente.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégée d'anglais, ancienne élève de l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, maître de conférences à l'université de Paris-VIII-Saint-Denis

Classification

Autres références

«  SONNETS, William Shakespeare  » est également traité dans :

SHAKESPEARE WILLIAM

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 8 220 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Poèmes et sonnets »  : […] Certains critiques affirment volontiers que la fermeture des théâtres pendant les terribles épidémies de peste qui ravagèrent Londres en 1592-1593 incita un Shakespeare désœuvré à s'adonner à une poésie autre que dramatique. Mais peut-on oublier que les dernières années du xvi e  siècle furent une époque d'intense activité littéraire, où l'expression poétique tenait la plus large part ? Londres fo […] Lire la suite

Pour citer l’article

Line COTTEGNIES, « SONNETS, William Shakespeare - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sonnets/