Sonate en ut mineur, SCARLATTI (Domenico)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur

Fils du compositeur Alessandro Scarlatti (1660-1725), Domenico Scarlatti, né à Naples le 26 octobre 1685, acquiert comme claveciniste une telle célébrité que la reine Maria Casimira de Pologne le prend à son service en 1715. Il s'installe en 1720 au Portugal, où il devient le professeur de clavecin de l'infante Maria Bárbara ; lorsque celle-ci épouse en 1729 le prince Fernando, héritier du trône d'Espagne, Domenico la suit à Madrid, où il occupera la fonction de maître de chapelle de la cour jusqu'à sa mort, le 23 juillet 1757.

Genre - Sonate

Les acceptions de «sonate» (sonata signifie «[musique] jouée [sur un instrument]», par opposition à cantata, «[musique] chantée») ont varié depuis l'apparition de ce terme, souvent datée de 1561 ; la sonate désigne alors une pièce pour plusieurs instruments enchaînant divers mouvements de tempos différents. Les premières sonates à rompre avec la tradition d'un instrument mélodique accompagné sont précisément celles que Domenico Scarlatti consacre au clavecin solo dans ses Essercizi per gravicembalo (1738), bien qu'il s'agisse plutôt, par leur propos technique, d'études que de sonates.

Forme - Sonate pour clavecin

Dans leur immense majorité, les 555 sonates attribuées à Scarlatti dans le catalogue élaboré par Ralph Kirkpatrick ne possèdent qu'un seul mouvement (ici, un allegro), et relèvent de la forme binaire, c'est-à-dire qu'elles sont en deux sections, de tonalités différentes, avec un ou deux thèmes principaux. On y trouve de nombreuses influences, en particulier des musiques populaires - italiennes, espagnoles et portugaises -, et elles sont souvent écrites dans un style qui imite celui de certains instruments, par exemple la guitare ou, ici, le luth.

Esthétique

L'abandon de la technique mélodique, l'emploi dramatique de la tonalité, jouant de la rupture et du contraste, l'ornementation et le jeu novateur au clavier rendent les sonates de Scarlatti révolutionnaires pour leur temps. Celles-ci sont à l'origine de la technique moderne des instruments à clavier ; elles annoncent la sonate classique, qu'illustreront Carl Philipp Emanuel Bach, Haydn, Mozart...

Langage

Leur auteur nomme essercizi ces sonates du recueil Kirkpatrick 11, car chacune aborde un problème technique spécifique. Certaines de ces sonates, reliées par la tonalité et non par le matériel thématique, ont été conçues pour être jouées par paires.

—  Alain FÉRON

Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « Sonate en ut mineur, SCARLATTI (Domenico) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sonate-en-ut-mineur-scarlatti-domenico/