Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SIDÉROBACTÉRIALES ou FERROBACTÉRIES

Les Sidérobactériales, appelées aussi bactéries ferrugineuses, ou ferrobactéries, constituent un groupe de bactéries du sol et des eaux dont la classification et la place dans la systématique ne sont pas encore sûres. L'étude de leur morphologie, souvent très différenciée, a fait de grands progrès grâce au microscope électronique. Leur physiologie et leur bioénergétique posent encore des problèmes mal résolus, car leur culture au laboratoire est difficile et l'isolement de   la plupart des espèces aléatoire. Enfin, d'un point de vue pratique, elles peuvent intervenir directement ou indirectement dans certains phénomènes d'obstruction des canalisations et de corrosion des métaux.

Bactéries oxydantes aérobies

Systématique

Les Sidérobactériales jouent un rôle primordial dans le cycle du fer. Le fer organique (animal, végétal et bactérien) est minéralisé par voie microbiologique en donnant suivant les conditions (aérobiose ou anaérobiose), Fe3+, le plus souvent insoluble, ou Fe2+, le plus souvent soluble. Fe3+ peut être réduit et Fe2+ oxydé : ces deux processus peuvent être chimiques ou bactériens.

En fonction de tels caractères physiologiques, A. R. Prévot, en France, a réuni ces bactéries dans la classe des Sidérobactériales (embranchement des Algobacteria). Cette classification physiologique amène à faire entrer dans ce groupe des micro-organismes de morphologie tellement différente qu'elle n'est pas admise par les systématiciens (en particulier les auteurs du Bergey's Manual of Determinative Bacteriology) qui, dans la hiérarchie des caractères, mettent la morphologie avant la physiologie. Dans la classification internationale, les Sidérobactériales n'existent donc pas en tant que classe, leurs divers ordres étant répartis dans d'autres classes.

On peut cependant donner raisonnablement le schéma systématique et morphologique suivant :

– Bactéries filamenteuses (ordre ou classe des Chlamydobactériales), subdivisées en deux genres : Sphaerotilus et Leptothrix ;

– Bactéries pédiculées (ordre ou classe des Caulobactériales), subdivisées de façon moins nette en familles ou genres dont le plus sûr est Gallionella.

On trouve dans la littérature, surtout ancienne, un très grand nombre de familles, de genres ou d'espèces, qu'il est indispensable de citer : dans les Chlamydobactériales, les familles Crenotrichaceae (avec deux genres) et les Siderocapseae (avec dix genres et près de trente espèces) ; dans les Caulobactériales, la famille des Caulobacteriaceae (avec deux genres et deux espèces).

À côté de ces Sidérobactériales, qui donnent toutes des précipités d'hydroxyde ferrique au niveau de leur gaine, de leur pédicule ou dans le milieu de culture, on ne peut passer sous silence, dans le cadre du cycle biologique du fer, des bactéries morphologiquement et physiologiquement différentes, les Ferrobacillus (ou Thiobacilus) ferrooxidans.

Morphologie et écologie

Des Sphaerotilus (espèce type S. natans) ont des gaines filamenteuses hyalines ou incrustées d'hydroxyde de fer en eau courante ferrugineuse. À l'intérieur de la gaine habitent les cellules bactériennes de 1 à 2,5 μm de large et de 3 à 10 μm de long. Les cellules qui sortent de la gaine sont mobiles (cils polaires) ; elles se multiplient, se fixent sur des substrats solides (débris organiques) et redonnent la forme engainée. L'espèce est également abondante dans les boues activées.

Les Leptothrix, bien que leur individualité ait été contestée (E. G. Pringsheim les considérant seulement comme des phénotypes de Sphaerotilus), comprennent au moins quatre espèces. L'hydroxyde ferrique s'incruste dans les gaines ou précipite dans les substances muqueuses sécrétées par celles-ci. Les cellules qui quittent la gaine sont mobiles (cils subpolaires), et leur taille varie selon l'espèce. Toutes[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en médecine, docteur ès sciences, correspondant de l'Académie des sciences, chef de service à l'Institut Pasteur

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi