LOEB SÉBASTIEN (1974- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pilote automobile français, Sébastien Loeb a réussi l’exploit unique de remporter neuf fois consécutivement le Championnat du monde des rallyes (2004-2012).

Sébastien Loeb est né le 26 février 1974 à Haguenau (Bas-Rhin), dans une famille d’enseignants. Il découvre les sports mécaniques en prenant part à des courses de Mobylette à l'âge de quatorze ans. En 1995 puis en 1996, il participe à l'opération rallye-jeunes organisée par la Fédération française du sport automobile, mais est battu en finale les deux fois. Il pourra néanmoins se lancer dans les courses de rallye dès 1997, grâce au soutien de mécènes de l'association Ambition sport auto. En 1998, Daniel Elena devient son copilote. Le tandem ne se dissociera pas.

Champion de France des rallyes sur terre dans la catégorie 2 litres-2 roues motrices en 2000, il fait la même année ses premières armes dans le Championnat du monde des rallyes, en disputant deux courses au volant d'une Toyota Corolla. Guy Fréquelin remarque son talent et l'engage pour Citroën. En 2001, il est champion de France des rallyes au volant d'une Citroën Xsara kit-car. En 2002, il dispute neuf des quatorze rallyes du Championnat du monde avec une Citroën Xsara WRC et obtient sa première victoire dans cette catégorie en s'adjugeant le rallye d'Allemagne.

En 2003, Sébastien Loeb devient pilote officiel Citroën et participe à la totalité du Championnat du monde des rallyes. Cette première saison complète aurait pu déboucher sur un titre. Il remporte en effet trois victoires et, avant la dernière course de la saison, le rallye de Grande-Bretagne, il est en tête du Championnat, à égalité avec le Norvégien Petter Solberg. Mais Citroën joue aussi le titre des constructeurs et les consignes sont claires : Sébastien Loeb ne doit prendre aucun risque afin d'assurer ce titre, quitte à sacrifier ses chances individuelles. Il s'exécute de bonne grâce, prend la deuxième place de ce rallye de Grande-Bretagne, et est finalement vice-champion du monde, avec 71 points, contre 72 pour Petter Solberg.

Ce « sacrifice » lui vaut d'être considéré comme le pilote leader de l'équipe Citroën pour la saison 2004. Cette année-là, il s'adjuge six courses, devenant notamment le premier pilote non nordique à remporter le rallye de Suède, et il est sacré champion du monde, avec une nette avance sur Petter Solberg (112 points contre 82).

En 2005, il domine encore plus aisément le Championnat. Il aurait pu se voir mathématiquement sacré champion du monde dès la douzième des seize courses de l'année, le rallye de Grande-Bretagne. Mais cette épreuve est marquée par un drame : l'Estonien Markko Märtin (Peugeot) est victime d'un accident qui coûte la vie à son copilote, le Britannique Michael Park. Toute l'écurie Peugeot se retire. Le dernier rival de Sébastien Loeb, le Finlandais Marcus Grönholm, qui pilote une Peugeot, abandonne donc. Sébastien Loeb, alors en tête de la course, serait donc sacré champion du monde s'il conservait cette place. Mais il refuse de remporter le titre dans ces circonstances et écope volontairement d'une pénalité de 2 minutes, ce qui le repousse à la troisième place. Le sacre attendra peu de temps : deuxième derrière Marcus Grönholm de la course suivante, le rallye du Japon, il est sacré champion du monde pour la deuxième fois. Mais la saison n'est pas terminée. À la fin octobre, il remporte le Tour de Corse à l'issue d'un exploit : il gagne toutes les « spéciales » (12) de ce rallye. Jamais, depuis la création du Championnat du monde, un pilote n'était parvenu à réaliser le meilleur temps dans toutes les « spéciales » d'un rallye.

À la fin de 2004, le groupe PSA avait annoncé que, pour des raisons économiques, il ne présenterait plus de voiture « officielle » dans le Championnat du monde des rallyes à partir de 2006. Sébastien Loeb se trouve donc sans volant pour la saison à venir. Il refuse une proposition de Ford. Le 26 octobre 2005, la Fédération internationale de l'automobile présente un nouveau format pour le Championnat du monde, visant à une harmonisation du calendrier, à la réduction des coûts techniques et à l'intégration d'équipes privées dans le Championnat. Aussi, Citroën annonce qu'il présentera une voiture « officielle », la C4 WRC, en 2007. Sébastien Loeb décide de poursuivre son aventure avec la marque au chevron et de défendre son titre en 2006 au volant d'une Xsara WRC « privée », tout en participant au développement de la C4 WRC.

Le 3 septembr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Autres références

«  LOEB SÉBASTIEN (1974- )  » est également traité dans :

SPORT - L'année 2007

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 915 mots

Dans le chapitre « Rallye »  : […] En remportant de haute lutte un quatrième titre de champion du monde consécutif (116 points, contre 112 points pour son rival finlandais Marcus Grönholm), Sébastien Loeb marque lui aussi l'histoire du sport français. Avec son copilote, Daniel Elena, il a été élu « champion des champions français » en fin d'année par le quotidien L'Équipe . […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « LOEB SÉBASTIEN (1974- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sebastien-loeb/