SCHISTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Schistes

Schistes
Crédits : Jacques-Marie Bardintzeff

photographie

Schistosité et stratification dans des plis isoclinaux

Schistosité et stratification dans des plis isoclinaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Principaux types de schistes

Lorsqu'une roche pélitique présente une schistosité primaire (due à la stratification), il est préférable de l'appeler argile feuilletée ou shale, en réservant le nom de schistes aux roches dont le feuilletage est d'origine mécanique. Parmi ces derniers, les schistes argileux sont des roches cohérentes, finement cristallisées, dans lesquelles on peut rencontrer du quartz, de la séricite, de l'illite, de la chlorite, de la calcite, de la pyrite et de la magnétite. Leur coloration est variable : noire (matières organiques, graphite), verte (chlorite), rouge ou violette (oxydes de fer), ou bigarrée (divers sels de fer). Les principales variétés sont les schistes bitumineux, qui donnent par distillation des hydrocarbures (huile de schiste). On en a exploité en France, d'âge permien, dans les bassins d'Autun (Saône-et-Loire) et d'Aumance (Allier). Les schistes carburés renferment une proportion assez élevée de graphite et sont utilisés pour le dessin. Les schistes alunifères contiennent de l'alun provenant en partie de la décomposition de la pyrite. Ils peuvent être employés à l'amendement des vignobles, d'où le nom de schistes ampéliteux (du grec ampelos, vigne) donné à certains.

Les schistes ardoisiers ou ardoises sont plus durs et très fissiles. On les exploite en Anjou (Trélazé), en Bretagne (bassin de Châteaulin), dans les Pyrénées et le Massif central, dans les Ardennes (à Fumay), où ils ont une coloration violette. La présence de nodules de calcaire ou de cubes de pyrite de fer diminue leur valeur ; les premiers se dissolvent peu à peu, les seconds donnent des oxydes de fer et de l'acide sulfurique qui facilitent la désagrégation des schistes.

Les phyllades se rapprochent beaucoup des ardoises, dont elles se distinguent à l'œil nu par leur aspect plus lustré et plus brillant (schistes satinés). Leur coloration est variable, sombre en général. Les minéraux recristallisés deviennent plus abondants, bien que toujours invisibles à l'œil nu. L'abondance de quartz et aussi de grenat caractérise la

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des sciences, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  SCHISTES  » est également traité dans :

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 181 mots
  •  • 85 médias

Dans le chapitre « La chaîne nord-caraïbe »  : […] de l'Escambray, un complexe carbonaté-terrigène daté du Jurassique-Crétacé inférieur, métamorphisé dans le faciès des schistes verts atteignant parfois le faciès des schistes bleus, apparaît en fenêtre sous les unités précédentes. Il représente l'autochtone relatif de la chaîne nord-caraïbe, ici enfoui dans l'infrastructure de la chaîne, sous la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-structure-et-milieu-geologie/#i_23302

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Michel FAURE
  •  • 3 968 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'orogenèse mésozoïque »  : […] et de Mikabu et partie septentrionale de la zone de Chichibu de certains chercheurs) est principalement formé par une nappe de schistes verts constituée de sédiments océaniques (métapélites, calcaires, radiolarites) remaniant des éléments d'un complexe ophiolitique. Cette nappe est charriée sur un ensemble grésopélitique (unité d'Oboke) à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-geologie/#i_23302

ROCHES (Classification) - Roches métamorphiques

  • Écrit par 
  • Gérard GUITARD
  •  • 4 372 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les principaux faciès minéraux, base d'une classification génétique »  : […] Le faciès des schistes verts est caractérisé par la stabilité de l'association amphibole calcique non alumineuse (actinote-trémolite) + plagioclase acide (albite ou oligoclase renfermant moins de 20 p. 100 d'anorthite). La biotite peut apparaître dans la zone la plus métamorphique de ce faciès […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-classification-roches-metamorphiques/#i_23302

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles POMEROL, « SCHISTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/schistes/