BONAVIA SANTIAGO (mort en 1759)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Artiste espagnol. Son activité témoigne des progrès de l'italianisme qui suivirent, à la cour d'Espagne, le remariage de Philippe V avec Élisabeth Farnèse. Imbu des principes des meilleurs théoriciens, maître lui-même dans l'art des architectures feintes, Bonavia fut essentiellement un décorateur dont on peut suivre l'intervention dans les trois principales résidences de la Cour à la fin du règne de Philippe V : le Buen Retiro, Aranjuez, La Granja. Mais on lui doit aussi des travaux d'architecture. Un incendie survenu à Aranjuez en 1748 lui permit d'imprimer fortement sa marque au château. C'est ainsi qu'il amplifia l'escalier dans le goût théâtral qui convenait à son sens de la mise en scène. Enfin, il devait reconstruire la ville d'Aranjuez elle-même, avec l'aide d'Alejandro González et du Français Jacques Marquet. Un des principaux éléments d'architecture de la nouvelle cité fut la curieuse église San Antonio, qui se compose de deux chapelles, l'une rectangulaire, l'autre circulaire, disposées de part et d'autre d'une petite chambre elliptique. À Madrid même, Bonavia éleva, entre 1739 et 1743, l'église San Justo y San Pastor — aujourd'hui San Miguel. Ses formes elliptiques dérivent de modèles proposés par l'architecte italien Guarino Guarini.

—  Marcel DURLIAT

Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification

Pour citer l’article

Marcel DURLIAT, « BONAVIA SANTIAGO (mort en 1759) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/santiago-bonavia/