GOMPERS SAMUEL (1850-1924)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Londres, de parents d'origine hollandaise qui émigrent en 1863 à New York, Samuel Gompers, après avoir suivi jusqu'à l'âge de dix ans des études dans une école libre israélite, devient ouvrier cigarier.

C'est en travaillant dans les petites entreprises de fabrication de cigares de la région new-yorkaise qu'il connaît ses premières expériences d'action syndicale. Gompers adhère en 1864 au syndicat des cigariers (Cigarmaker's Union), mais celui-ci s'effondre pratiquement en 1873 quand commence une grave période de dépression économique. En 1877, les cigariers se lancent dans une longue grève, au terme de laquelle ils connaissent une sévère défaite. Cet échec démontre à Gompers l'insuffisance des syndicats existants, peu structurés, aux faibles moyens, fonctionnant essentiellement comme lieux de discussion sur les mérites comparés des doctrines coopérative, anarchiste ou socialiste. Gompers et Strasser, un autre dirigeant syndicaliste américain, réorganisent le syndicat des cigariers, d'abord localement, puis à l'échelle nationale. L'organisation de ce syndicat est rapidement copiée dans d'autres branches professionnelles et, en 1881, est créée la Fédération des syndicats des États-Unis d'Amérique et du Canada (Federation of Organized Trades and Labors Unions of the United States of America and Canada), dont Gompers préside le comité constitutif.

En 1886, la fédération devient l'A.F.L. (Fédération américaine du travail — American Federation of Labor). Gompers en devient le président ; il le restera jusqu'à sa mort, avec une interruption d'un an, en 1894-1895, pendant une nouvelle période de crise économique. Dans ses principes d'organisation, l'A.F.L. rompait avec la tradition syndicale américaine et même européenne. Un seul syndicat par métier pouvait s'y affilier, cela pour éliminer le risque de concurrence entre travailleurs, dangereux en cas de grève. La représentation à la tête de l'A.F.L. se faisait par métier et non par région, et proportionnellement aux adhérents. Chaque syndicat national était libre de ses mouvements  [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  GOMPERS SAMUEL (1850-1924)  » est également traité dans :

A.F.L.-C.I.O. (American Federation of Labor-Congress of Industrial Organizations)

  • Écrit par 
  • Claude JULIEN, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 6 838 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Naissance de l'A.F.L. »  : […] L'histoire du syndicalisme américain est particulièrement ancienne. Avant même la Déclaration d'indépendance (1776), les artisans se regroupent en sociétés d'entraide pour parer à la maladie ou au décès des adhérents. Très rapidement, à la fin du xviii e siècle, des organisations de défense se constituent, par métier (charpentiers, imprimeurs ou cordonniers) dans les villes les plus importantes c […] Lire la suite

Pour citer l’article

François BROUSSE, « GOMPERS SAMUEL - (1850-1924) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/samuel-gompers/