SAINTE-HÉLÈNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Île britannique (122 km2, 5 500 hab. en 2003) située dans l'océan Atlantique entre l'Afrique et l'Amérique du Sud. Les côtes les plus proches sont celles de l'Angola à 1 850 kilomètres, celles du Brésil, se trouvant à 3 500 kilomètres. Sainte-Hélène est une île volcanique très accidentée. Des falaises abruptes d'une hauteur de 300 mètres dominent l'Océan ; le pic le plus élevé est le mont Actaeon (850 m). On y trouve une végétation mi-tempérée, mi-méditerranéenne (pins, cactus, cyprès, palmiers). Les températures se situent entre 18 et 28 0C et la pluie tombe rarement (mai-septembre) ; sur le plateau intérieur, à Longwood, les températures sont plus fraîches et le climat plus humide.

L'île fut découverte inhabitée, et pratiquement sans faune, en 1502 par un navigateur portugais qui revenait du cap de Bonne-Espérance. En 1645, les Hollandais l'occupèrent et y construisirent un fort ; en 1659, l'île échut aux Anglais qui la laissèrent à la Compagnie des Indes orientales. En 1673, les Hollandais l'occupèrent à nouveau, mais elle revint ensuite aux Anglais. Napoléon Ier y fut déporté de 1815 à 1821 ; sir Hudson Lowe, le gouverneur anglais chargé de sa surveillance, libéra les esclaves (qui avaient formé une petite communauté locale, les Hélanais) de leur condition. Au moment de la guerre des Boers (1899-1902), les Anglais déportèrent dans l'île quelques milliers de prisonniers dont beaucoup succombèrent aux épidémies de typhus.

Comptoir destiné au ravitaillement des navires sur la route du Cap et des Indes, l'île a connu à partir du xviie siècle un essor considérable. L'ouverture du canal de Suez (1869), qui a détourné de son escale la majeure partie de sa clientèle en route vers les Indes et la Chine, a pratiquement supprimé toute son activité. Aujourd'hui, l'économie de l'île repose sur l'agriculture et l'élevage. Les cultures principales sont celles du maïs et de la pomme de terre. Le thon, pêché dans les eaux voisines, est congelé et exporté.

Territoire rattaché à la couronne britannique, Sainte-Hélène est administrée par un gouverneur local nommé par la reine. Les deux tiers du budget sont fournis par le Royaume-Uni sous forme de subventions. La capitale, Jamestown, est bordée de vieilles maisons de style géorgien ou colonial. La deuxième ville de l'île, Longwood, est située sur le plateau intérieur ; elle fut le lieu de résidence de Napoléon. L'île ne possède pas d'aéroport. Le seul afflux de touristes qu'ait connu l'île s'est produit en 1969, lors du bicentenaire de la naissance de Napoléon Ier.

—  Hélène WARGNIER

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAINTE-HÉLÈNE  » est également traité dans :

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre «  L'île d'Elbe et les Cent-Jours »  : […] La restauration de la monarchie en France fut rapidement en butte aux critiques. La majorité des Français était profondément attachée aux acquis essentiels de la Révolution et Louis XVIII était revenu avec les « bagages des étrangers », avec les derniers émigrés survivants. L'apathie d'avril 1814 se mua en défiance. Les vieilles haines furent ravivées et la résistance s'organisa. De l'île d'Elbe, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_22220

Pour citer l’article

Hélène WARGNIER, « SAINTE-HÉLÈNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sainte-helene/