RYTHME IRRATIONNEL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On qualifie de rythme irrationnel tout rythme dont les divisions diffèrent du nombre de temps de la mesure qui les accueille. Ainsi en est-il d'un quintolet de noires dans une mesure à 4/4 – cinq noires devant alors être jouées pendant le temps de quatre –, d'un quartolet de croches dans une mesure à 3/8 – quatre croches à jouer dans le temps de trois... Mais un rythme irrationnel peut être bien plus complexe lorsqu'il se subdivise lui-même, comme dans le cas d'un septolet divisé par 9. Une telle figure rythmique irrégulière est symbolisée par une fraction (7 :9, dans ce dernier exemple) écrite au-dessus ou au-dessous des notes à qui elle est attribuée. L'irrationalité rythmique se calcule donc en fait de façon rationnelle...

Les rythmes irrationnels ne sont pas nouveaux et le plus célèbre d'entre eux demeure le « trois pour deux » du triolet, trois notes devant être jouées dans le temps de deux. Célèbres aussi sont les combinaisons de « trois sur deux » (chez Claude Debussy), celles d'irrationnels sur irrationnels d'André Jolivet (inaugurées dans Mana, pour piano, 1935) et leur systématisation par Karlheinz Stockhausen (Klavierstücke I-IV, 1952-1953) ou Brian Ferneyhough.

—  Alain FÉRON

Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Classification

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « RYTHME IRRATIONNEL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rythme-irrationnel/