SCHWARZKOGLER RUDOLF (1940-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le corps menacé

Rudolf Schwarzkogler se sert de matériaux médicaux afin de construire une réalité fondée sur un langage matériel esthétique et dramatique. Il exécute ses actions dans un espace blanchâtre, clinique et stérile. Des objets agressifs (seringue, pipette, câbles, tuyaux) se trouvent confrontés à un corps d’homme nu, parfois maquillé en blanc, parfois pansé et ligoté. Ces ambiances qui mettent en scène un corps menacé révèlent la vulnérabilité de l’être humain. Rappelons que, grand blessé de guerre, son père médecin s’était suicidé en 1943.

Dans les Actions no 2 et no 3 (1965), Schwarzkogler met en scène son modèle Heinz Cibulka face à l’appareil photographique. Son sexe entouré de gaze évoque une blessure intime, tandis que la présence de ciseaux et de lames de rasoir suggère une castration. D’autres photographies montrent des bandes de gaze recouvrant les yeux, le cou, les bras et la poitrine de Cibulka, qui semble une victime exposée non à des soins mais à des tortures atroces.

Si Rudolf Schwarzkogler exhibe des instruments de torture dans son travail, il ne les utilise pas. À travers la disposition des objets, il parvient à suggérer l’agression et la destruction, dont l’horreur évolue seulement dans notre imagination. Pour le spectateur, l’image photographique fait figure de preuve fiable ; elle lui permet de croire à la réalité des cruautés et des blessures, d’autant plus que le choc visuel et émotionnel qu’il éprouve interdit une quelconque pensée critique.

En 1966, l’artiste réalise que son désir de perfection formelle ne permet pas d’opérer une fusion entre l’art et la vie, comme le souhaitait l’actionnisme viennois. Schwarzkogler abandonne ses mises en scène photographiques pour élaborer un travail avec la réalité même, cette fois directement exercé sur l’individu. Il aspire dès lors à un « art comme école de l’expérience », impliquant totalement le spectateur, comme la pratique du jeûne par exemple.

Rudolf Schwarzkogler n’a jamais réalisé ces projets. À la suite des dépressions et des problèmes de santé, l’artiste se suicide le 20 juin 1969.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SCHWARZKOGLER RUDOLF (1940-1969)  » est également traité dans :

ACTIONNISME VIENNOIS

  • Écrit par 
  • Matthias SCHÄFER
  •  • 2 244 mots

Dans le chapitre « Le rôle de la photographie et du film dans l'actionnisme »  : […] Après son unique action en public, Mariage en 1965, Rudolf Schwarzkogler a réalisé des actions réservées à la documentation photographique. Contrairement aux autres actionnistes, Schwarzkogler visait à la clarté, à l'ordre et au calme, cherchant à réaliser une forme d'actionnisme esthétique, presque clinique, dans laquelle l'artiste doit toujours conserver le contrôle de soi. L'appareil photograp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actionnisme-viennois/#i_28857

BODY ART

  • Écrit par 
  • Anne TRONCHE
  •  • 4 584 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le corps sous l'œil de l'objectif »  : […] Le travail systématique des artistes de la performance avec des cinéastes et des photographes, en vue de documenter leurs actions, va favoriser le passage d'un art de l'action vers un art corporel spécifiquement photographique. Le travail de Rudolf Schwarzkogler, un temps protagoniste des actionnistes, incarne cette transition. Ses actions, qui simulent des automutilations, se développent dans u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/body-art/#i_28857

Pour citer l’article

Matthias SCHÄFER, « SCHWARZKOGLER RUDOLF - (1940-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-schwarzkogler/