LOTZE RUDOLF HERMANN (1817-1881)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Professeur à Göttingen et à Berlin, partisan d'un « idéalisme téléologique » par lequel il veut renouveler, contre Kant et Hegel, le système de Leibniz, Lotze appartient, avec son prédécesseur Johann Friedrich Herbart (1776-1841), à une tendance peu commune que l'on pourrait qualifier d'antiphilosophie au sein de la philosophie. Convaincu de la nécessité de donner à la pédagogie des bases scientifiques, Herbart avait cru trouver celles-ci dans une psychologie qu'il voulait quantitative mais non expérimentale. Une telle tentative devait dès lors prendre une allure déductive et rechercher dans les mathématiques ce qu'elle refusait de demander à l'induction. La science mentale vers laquelle tend l'œuvre de Herbart se présente en dernière analyse comme un rationalisme métaphysique. Il revendiquera d'ailleurs ce qualificatif pour son entreprise, qu'il oppose à la méthode physique, en conformité avec les enseignements kantiens. Les calculs auxquels il se livre pour exprimer la « force » relative des représentations et des idées peuvent paraître simplistes en regard des déterminations expérimentales de la psychophysique, si imparfaites et approximatives que soient ces dernières. Cette tentation du formalisme est pourtant une constante de l'histoire de la psychologie scientifique et les modèles mathématiques actuels, assurément plus complexes mais aussi teintés d'empirisme fictif, pourraient paraître non moins artificiels aux yeux des expérimentateurs soucieux d'hypothèses vérifiables au niveau de la physiologie et de la biologie des conduites.

Tout en affirmant, au même titre que Herbart, la nature foncièrement métaphysique de ses recherches, Lotze, auteur de plusieurs ouvrages philosophiques (Metaphysik, 1841 ; Mikrokosmus, 1856-1864 ; System der Philosophie, 1874-1879), a abordé divers domaines de la psychologie étroitement [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Louvain, membre de l'Académie royale des sciences et de l'Académie royale de langue et de littérature française de Belgique, membre correspondant du Muséum national d'histoire naturelle de Paris

Classification

Pour citer l’article

Georges THINÈS, « LOTZE RUDOLF HERMANN - (1817-1881) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-hermann-lotze/