GARY ROMAIN (1914-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les jeux identitaires

Le rapport de Gary à l'identité s'inscrit donc moins dans une fidélité à l'origine – même s'il n'a jamais renié ses racines juives – que dans une vision prospective de soi où le « je » s'invente à travers une image démultipliée de lui-même. Cette dynamique explique son goût pour le subterfuge et le spectacle (Les Mangeurs d'étoiles, 1966). Les personnages sont souvent inspirés par le désir de jouer avec les masques ou de changer d'identité (Lady L., 1963 ; La Vie devant soi, 1975), et l'écrivain se plaît à nouer avec eux une relation d'engendrement réciproque, à vivre à travers eux plusieurs vies pour mieux s'éprouver comme être de fiction. Fondement d'une esthétique picaresque revendiquée (Pour Sganarelle, 1965), cette démultiplication de soi lui permet de s'extraire du « royaume du je » et de se construire dans un syncrétisme identitaire en perpétuelle évolution.

La fascination pour l'imposture est poussée jusqu'à la confusion dans son recours aux pseudonymes, qui culmine avec l'épisode Ajar où le procédé de dédoublement lui donne l'illusion d'être l'auteur d'une nouvelle création de lui-même. « Gary » et « Ajar » signifient en russe « brûle » et « cendre » : faut-il voir là l'image d'un écrivain phénix qui, affecté par l'échec relatif de son œuvre et la hantise du vieillissement, cherche à renaître de ses cendres dans une tonalité d'écriture nouvelle ? Mais « Ajar » est aussi la traduction anglaise de l'adjectif « entrouvert » : dissimuler l'identité, c'est alors accéder au cœur de la conscience. Symbole d'une pratique romanesque qui concilie l'art de la tromperie et la sincérité du dévoilement, le pseudonyme est donc au centre d'un paradoxe essentiel : le désir de vouloir se dire tout en s'efforçant de ne pas trop se laisser voir. La voix dissimulée par le jeu de l'artifice est d'autant plus sincère et touchante qu'elle réussit à garder secret le mystère dont elle est porteuse. Repliée dans l'ombre, elle échappe à « cette soudaine et aveuglante visibilité du monde », à une perception trop immédiate du réel qui anéantit l'homme et alimente s [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicolas GELAS, « GARY ROMAIN - (1914-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/romain-gary/