GARY ROMAIN (1914-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un romancier de l'humanisme

L'œuvre de Romaine Gary s'inscrit sous le signe d'une double révolte : contre le dogmatisme totalitaire qui, du nazisme au stalinisme, lui paraît désacraliser la vie et réveiller l'inhumanité qui germe en chacun ; contre la trop forte emprise du réel et des « lois de la nature », qui confine l'homme dans une représentation matérialiste et le soumet au poids de l'inexorable (L'Angoisse du roi Salomon, 1979). Face à ces forces hostiles et à l'angoisse qu'elles génèrent en lui, Gary invente des stratégies de contournement : la création, la fiction de l'amour, la dérision et le rire permettent de revendiquer le pouvoir de l'esprit pour réenchanter le monde, répondre au réel par le burlesque à travers la figure du saltimbanque et dénoncer les dérives d'une idéologie (Les Enchanteurs, 1973). Il élabore ainsi une mythologie humaniste fondée sur l'imaginaire pour réaffirmer par la culture et l'art le principe de dignité : avec des accents parfois messianiques, elle prend acte d'un inachèvement de l'homme mais se propose d'œuvrer à son avènement et à son émancipation pour ne pas céder au désespoir. Néanmoins, il ne s'agit pas d'oublier non plus. Pour ce rescapé de la Seconde Guerre mondiale, l'écriture se construit dans la conscience d'une survivance et s'impose, dès le premier roman, un devoir de mémoire : témoigner de l'esprit de Résistance, rappeler l'humanité des hommes mais aussi rappeler les hommes à leur humanité.

Au cœur du projet de Gary, cette passion pour l'humain conduit ses personnages à aménager des refuges à la lisière du réel : des réserves pour la protection des éléphants (Les Racines du ciel, 1956) au chalet isolé de Bug Moran (Adieu Gary Cooper, 1969) ou aux cerfs-volants de l'oncle Fleury (Les Cerfs-volants, 1980), ces « marges humaines » compensent les désillusions du réel et préviennent contre la tentation de l'absolu tout en laissant une place pour espérer ou se nourrir de rêves. Elles déterminent aussi, de manière plus active, un mode d'être au monde qui privilégie les fluctuations de l'à-peu-près et se défie de tout ce qui [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GARY ROMAIN (1914-1980)  » est également traité dans :

LA PROMESSE DE L'AUBE, Romain Gary - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 413 mots

La Promesse de l'aube est un récit autobiographique de Romain Gary (de son vrai nom Roman Kacew, 1914-1980), paru en avril 1960. Gary, qui a déjà publié quatre romans, dont Les Racines du ciel, prix Goncourt 1956, y raconte son enfance, son adolescence et ses années de guerre, marquées par une relation fusionnelle avec […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas GELAS, « GARY ROMAIN - (1914-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/romain-gary/