Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MORENO ROLAND (1945-2012)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

La carte à puce, une mémoire intelligente

Le brevet initial de la carte à puce, déposé à l’Institut national de la propriété industrielle par Roland Moreno le 25 mars 1974 sous le numéro FR7410191, décrit un « procédé et dispositif de commande électronique » dont les deux éléments principaux sont, d’un côté, une puce mémoire PROM, de l’autre, un lecteur assurant l’alimentation de la puce ainsi que l’échange des informations avec celle-ci.

La chevalière, que Moreno imagine d’abord en guise de support de la puce – s’inspirant du roman de science-fiction de René Barjavel La Nuit des temps, publié en 1968 – sera finalement remplacée par une carte en plastique dans l’épaisseur de laquelle sera implantée la mémoire. Dans sa proposition, les « moyens inhibiteurs », comme il les appelle, interdisent l’écriture sur la carte mémoire et la lecture des informations qu’elle contient en l’absence d’un code secret, une propriété qui sera à la base de la sécurité des cartes bancaires à puce. Il faudra plusieurs années de recherche et développement, de brevets, de collaborations avec des banques, des sociétés de capital-risque et d’intervenants publics pour que les premières applications pratiques voient le jour.

La Direction générale des télécommunications jouera un rôle déterminant en lançant, en 1984, les premiers publiphones – ou téléphones publics fonctionnant avec une carte prépayée, ici la Télécarte – conçus grâce à la technique mise au point par Roland Moreno. Entre-temps, le développement d’une carte bancaire sécurisée par une puce s’effectue en particulier chez le constructeur français Bull, qui dépose en 1977 un brevet pour la CP8 – « circuit portatif des années 80 » – dans laquelle la mémoire PROM est remplacée par un microprocesseur. Les premières cartes à puce sont commercialisées en 1981.

Au-delà d’un simple objet, la carte à puce est en fait l’élément tangible et familier d’un système représentatif des techniques de la fin du xxe siècle, comprenant la carte, sa puce, le lecteur, le réseau numérique et, bien sûr, le logiciel.

Grâce à sa société Innovatron, Roland Moreno exploite les quelque quarante-quatre brevets découlant du brevet initial et met notamment au point, dans les années 1990, le prototype du futur « passe » sans contact Navigo, pour l’accès aux transports collectifs parisiens, en partenariat avec la RATP et la SNCF. La notoriété dont jouira plus tard Roland Moreno, lorsque la carte à puce sera diffusée mondialement, doit autant à l’ingéniosité de l’invention qu’à la personnalité facétieuse d’un bricoleur visionnaire.

Roland Moreno est fait chevalier de la Légion d’honneur en 1991, puis officier en 2009. Il meurt le 29 avril 2012 à Paris ; il est inhumé au cimetière du Montparnasse.

— Bruno JACOMY

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : conservateur en chef honoraire du patrimoine

Classification

Pour citer cet article

Bruno JACOMY. MORENO ROLAND (1945-2012) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/06/2021

Média

Roland Moreno - crédits : Alain Nogues/ Sygma/ Getty Images

Roland Moreno

Autres références

  • INVENTION DE LA CARTE À PUCE

    • Écrit par
    • 199 mots

    La carte à puce offre l'exemple d'une réussite continue, depuis l'invention et le dépôt des premiers brevets par le Français Roland Moreno (1945-2012) en 1974 (parallèlement, des brevets étaient pris par M. Hugon dans un département de Bull). Il s'agit, initialement, d'un petit...